Entracte, Hélène Lenoir

Clément Solym - 09.01.2009

Livre - entracte - Helene - Lenoir


Toujours humble face à ses responsabilités - et vous êtes de plus en plus nombreux à nous le prouver, avec une confiance qui alourdit la tâche - le critique avoue de temps à autre ses faiblesses : sous le masque austère et implacable du chroniqueur littéraire se cache également l'homme sensible et fragile qui n'a pour vocation que de passer son temps au service des autres (hem...), en lisant tout ce qu'il trouve. Finalement, ce n'est pas simplement un sacerdoce, critique de livres, c'est un authentique dévouement altruiste.
Et comme un brin d'auto congratulation n'a jamais fait de mal, nous allons maintenant attaquer le petit livre du jour.

L'entracte... ce moment de repos pour l'esprit entre deux morceaux d'une pièce, d'un concert, d'un opéra... bref, un temps irréel, pris entre deux instants d'évasion, qui loin de nous ramener à la réalité, nous en exclut plus encore. Ou bien parlerait-on de mise en abîme ultime, puisque la vie s'y retrouve plus encore dévoilée et cependant...

Il suffit alors d'une rencontre imprévue pour que le monde devienne fade et qu'une quintessence émane de ce moment entre-deux. Les récits d'Hélène Lenoir sont des entractes, justement. Cinq nouvelles puissantes d'émotion, cinq découpages du temps pris dans des vies de femmes, elles-mêmes largement dépassées par un univers chancelant et perturbé. On y découvre les affres de l'abandon, du désintérêt, de la culpabilité et de la solitude : seules face à leurs doutes. Mais jamais tout à fait seules, toujours avec leurs pensées.

Qu'elle rêve de quitter son mari trop gentil, qu'elle redoute que son fils ne trompe sa femme avec des étudiantes accueillies en chambre d'hôte, ou que leur couple soit définitivement brisé par l'éloignement qui sépare les êtres... C'est un entracte sombre que l'on découvrira, mais pas gratuitement : il bouleverse, chamboule, émeut. La plume incise droit dans les plaies et les chairs à vif laissent apparaître les secrètes douleurs ; seul face à soi-même, bouillonnant de silence, comme figé. Vivre et laisser vivre, mais comment vivre avec soi et ses angoisses ?

Voilà... On ne n'offrira ni ne choisira ce livre au hasard : violent et touchant, on le ferme avec un pincement qui s'amplifie à mesure que les mots nous restent à l'esprit. Mais ici le critique, par souci d'honnêteté, se doit aux lecteurs qui lui font confiance : je n'ai pas aimé du tout ce livre. Ses qualités sont indéniables, autant que le talent qui le soutient, mais ça n'a pas marché. Mauvaise période ou peu d'affinité, impossible de pointer les raisons précises de cet avis défavorable. Peut-être un manque de sensibilité féminine ou de compassion, de compréhension... reste que très honnêtement, si l'on peut le conseiller sans rougir, il est à recommander avec des pincettes.


Retrouvez L'entracte, sur Place des libraires



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.