medias

Les livres en accès libre touchent un lectorat plus large et plus diversifié

Gariépy Raphaël - 15.09.2020

Lecture numérique - Acteurs numériques


Une étude menée par la société d’édition académique américaine Springer Nature révèle que les livres en libre accès sont consultés dans un plus grand nombre de pays. Ils bénéficient d’une plus vaste diffusion que les livres publiés de manière traditionnelle.

Biblio

 
Avec cette nouvelle étude, Springer Nature et COARD (Collaborative Open Access Research & Development), cherchent à déterminer dans quelle mesure le libre accès a une influence sur la diversité géographique des lecteurs. L’analyse repose sur 3934 livres publiés par Springer Nature, dont 281 livres en libre accès.

Selon leur résultat, les livres publiés en libre accès sont consultés par un nombre bien plus important de personnes dans les pays à faibles et moyens revenus. En outre, l’Open Access (OA, ou Accès Libre pour les réfractaires) contribue également à attirer l’attention sur la recherche dans ces pays. 
Confirmant les précédentes recherches visant à évaluer le bénéfice de l’OA sur les usages, cette analyse montre une augmentation significative des téléchargements dans toutes les disciplines sur chacune des trois années (2015-2017) inclues dans l’échantillon. Elle révèle que les livres OA sont téléchargés en moyenne 10 fois plus souvent et cités 2,4 fois plus que les livres qui ne sont pas disponibles en libre accès. En outre, le nombre de téléchargements sur le net est généralement deux fois plus élevé que celui des réseaux institutionnels.

Ros Pyne, Directrice d’Open Access Books chez Springer Nature, a déclaré : « L’analyse met clairement en évidence les avantages du libre accès et prouve que les livres OA touchent un lectorat plus vaste et plus diversifié au sein de la communauté scientifique. Nous espérons que les résultats de ce projet collaboratif contribueront à promouvoir encore davantage la publication de livres en libre accès, que ce soit par les auteurs, les institutions, les organismes de financement ou tous ceux qui font partie du monde de la communication scientifique. »

Pour consulter l'intégralité de l'étude, c'est par ici

Crédit photo : Mark Morton CC BY 2.0


Commentaires
À rapprocher du fait que les DRM empêchent même ceux qui sont de bonne volonté de lire un livre...

Ou l'art d'enfoncer les portes ouvertes.
Encore une fois, un titre d'article quelque peu ambiguë de la part d'Actualité : à la lecture de celui-ci, on comprends entre les lignes qu'il s'agit de publications plus ou moins scientifiques ou de recherches... dont les travaux dont elles sont issues sont financés par d'autres biais que les revenus directs liés à la vente d'un ouvrage pour ce qui concerne les éditeurs de fiction et non-fiction. Or il me semble que de nombreuses thèses et autres ouvrages de recherches sont déjà accessibles gratuitement.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.