Vous ne savez pas faire des vers ? Google s'en occupe

Gariépy Raphaël - 26.11.2020

Zone 51 - Insolite - insolite Google nouveauté - Intelligence Artificielle poésie - Poésie vers IA


Plus besoin d’une sensibilité à fleur de peau, de muses aimantes ou d’une dépression chronique pour faire de la poésie, Google a dévoilé une nouvelle fonctionnalité capable de composer des vers, Verse by Verse. 



La rigueur formelle d’un sonnet a déjà rebuté plus d’un aspirant poète, et compter soigneusement les pieds parait parfois éloigné des hauteurs auxquelles prétend la poésie. Heureusement, le monde moderne offre aujourd’hui une réponse à ces tracas littéraires.

Intitulé Verse by Verse, cette nouvelle fonctionnalité est décrite par Google comme « une muse expérimentale qui grâce l’IA vous aide à composer de la poésie inspirée par des poètes américains reconnus ». Plus concrètement, le géant du numérique vous propose dans un premier temps de choisir entre plusieurs poètes américains, avec un maximum de trois auteurs. L’idée étant que ces écrivains teintent de leur style vos futurs vers.
Ensuite il vous sera demandé de régler les questions de la forme. Souhaitez-vous un quatrain, des octosyllabes, des vers libres ? Une fois ces détails réglés, place à la création. Après avoir écrit votre premier vers, plusieurs suites de poème seront proposées, 4 propositions par auteur en moyenne.



Ici, le quatrain ouvert par un très poétique « Bryan is in the living room », est un mélange d’Emily Dickinson, auteur du second vers, d’Edgar Allan Poe, auteur du troisième, et de Ralph Waldo Emerson, qui a soufflé la pointe finale. Pour un premier vers directement inspiré de la prose d’un manuel d’anglais de 4e, le résultat final est intéressant, en voici une traduction approximative : 
 

Bryan est dans le salon
Parade sombre et malheur céleste,
Il se tient sur la voute lunaire de la nuit !
À travers le vent et au-delà du combat.


Comme l’explique Google, Verse by Verse fonctionne sur un modèle génératif, qui permet de former de nouveaux vers dans le style des célèbres poètes. Pour que les phrases se suivent et fassent sens entre elles, l’entreprise utilise de plus la même technologie sémantique qu’elle a mise au point pour toutes ses autres applications. 

Mallarmé aimait à opposer la poésie, seul genre littéraire valable, à l’universel reportage, la prose constante et logorrhéique produite sans fin par les journalistes ou les romanciers. Au temps de l’intelligence artificielle et des multinationales toutes puissantes, il nous suffira désormais d’opposer Google News à Google Verse. 

Via The Next Web

Photo : détournement de la photo de Charles Baudelaire par Étienne Carjat - 1862.


Commentaires
C'est dégueulasse!

Quel manque de respect à tous, poètes et apprentis! C'est encore plus sale que du plagiat!
C'est l'Oulipo qui va être content ! Si ça pouvait seulement amener de nouveaux utilisateurs (de l'algogol) à la poésie, ce serait une bonne chose.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.