Découper un livre de poche pour lire plus confortablement, un crime ?

Clément Solym - 23.01.2020

Zone 51 - Insolite - découper livre poche - lecture confort livres - crime monstre assassin


Alex Christofi, romancier britannique, avait été découvert en France en 2015 avec Transparence (traduit par Nathalie Peronny, chez Fleuve). Récemment, l’auteur s’est fait incendier pour une pratique de lecture critiquée : celle qui consiste à découper, dans la longueur, ses livres pour les rendre plus faciles à transporter. Et à lire.


photo Alex Christofi

 
Un monstre ? Un assassin ? Un meurtrier ? Un aura suffi d’un tweet pour qu’Alex Christofi soit cloué au pilori. Une pratique qui n’a pourtant rien d’exceptionnel, estime-t-il : quand le livre est trop gros, pourquoi ne pas le tailler en deux, afin de le rendre plus confortable et moins volumineux.

« Chaque fois que j’avais un gros livre de poche, je le laissais chez moi sans le lire, ou je luttais pendant huit pages, le soir avant de m’endormir », explique-t-il au Guardian. Et depuis Twitter, de demander : « Mes collègues me traitent de “tueur de livres” parce que je découpe les gros livres dans la longueur, juste pour les rendre plus portatifs. Est-ce que quelqu’un d’autre fait ça ? Ou est-ce seulement moi ? »

Depuis Twitter, les réactions n’ont pas manqué, aboutissant à une guerre de tranchées où se sont opposés, à grand renfort de Gif, les partisans libertaires d’une pratique personnelle, défenseurs d’un certain pragmatisme, et les sacro-saints défenseurs du Très Saint Livre Objet. 

Certains font tout de même preuve d’un peu d’humour, bienvenu : 
 


D’ailleurs, Christofi admet disposer d’un Kindle et écouter des livres audio de temps à autre. Mais pour ce qui est des gros bouquins, ils posaient problème. Comment mieux s’offrir des pauses de lecture, dans les transports par exemple, en profitant du papier ? Les découper s’est imposé comme une solution qui n’avait rien de bien méchant.

Les goûts, les couleurs… et les méthodes, après tout, non ?


Commentaires
Rien d'extraordinaire, je crois même que le livre de poche est né de cette pratique.
Bonjour,

Pour moi, c'est massacrer le livre que de le couper en 2. Jamais je ne ferai une chose pareille. En plus, il ne faut pas se rater et être un pro du découpage...J'aime le livre en tant qu'objet. Comment peut-on lire et tenir un livre avec une moitié de couverture?

Tous les goûts sont dans la nature....
il va falloir inventer la reliure en kit pour tout recoller, très bonne idée : de nombreux livres sont détruits, couverture arrachées
Les livres se transmettent. En ce sens, les couper en deux constitue aussi une rupture de chaîne.
Moi j'ai choisi de coller plusieurs bouquins à la suite, histoire de créer ma propre saga. Mazetti après Chalandon, et PAF, ça donne tout de suite un autre sens au récit.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.