Verlaine et Rimbaud au Panthéon, entreraient pieds et semelles devant ?

Victor De Sepausy - 09.09.2020

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Rimbaud Verlaine Panthéon - poètes amants France - hommage Verlaine Rimbaud


Les affinités littéraires de la ministre de la Culture s’expriment : alors qu’une pétition diffusée par Le Point demande la panthéonisation de Verlaine et Rimbaud, Roselyne Bachelot y apporte son plein soutien. Mais comme seul Emmanuel Macron est habilité à choisir qui rentre ou sort, éventuellement, des lieux, la route est encore longue. 
 
Rimbaud - sculpture


Qui pour déclamer : « Entrez ici, Arthur et Paul ! » Ils sont quelques-uns — une centaine — à y croire et soutenir l’initiative portée par Jean-Luc Barré, éditeur, Frédéric Martel, journaliste et Nicolas Idier, écrivain. « Ce ne serait que justice de célébrer aujourd’hui leur mémoire en les faisant entrer conjointement au Panthéon, aux côtés d’autres grandes figures littéraires : Voltaire, Rousseau, Dumas, Hugo, Malraux », écrivent les auteurs du texte, dans leur adresse au président de la République.

Et de s’interroger, alors que Verlaine git au cimetière des Batignolles à Paris, dans un caveau familial et que Rimbaud, amputé, a été enterré à Charleville-Mézières, où il naquit : « Est-ce ainsi que la France honore ses plus grands poètes ? » Après tout, Paris a bien rendu hommage au premier, et une statue a été érigée par les autorités carolomacériennes au second. 

Alors oui, les deux hommes furent accusés d’homosexualité et Verlaine écopa également de 555 jours de prison, pour son rôle dans la Commune. 

Au Point, Roselyne Bachelot indique qu’elle est signataire de la pétition, parce que les deux hommes comptent « parmi les cinq plus grands » poètes français. Ayant enduré l’homophobie de l’époque, ils incarnent aussi des symboles tout autant littéraires que sociétaux. « C’est pour cela que le fait de faire entrer ces deux poètes qui étaient amants, oui, ensemble, au Panthéon aurait une portée qui n’est pas seulement historique ou littéraire, mais profondément actuelle », indique la ministre.

Alors, Rimbaud, contestataire et fugueur, abrité par le Panthéon, ne serait-ce pas là une hérésie ? La ministre considère qu’il s’agit avant tout de mémoire, et d’hommage par les vivants aux défunts. « Les semelles de vent de Rimbaud continuent à le rendre libre, même après sa mort. » 


photo : "L'Homme aux semelles devant", par  Jean-Robert Ipoustéguy. Musée de la Sculpture en plein air - Quai Saint-Bernard Paris - ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires
Une excellente idée. Y a-t-il une version de la pétition qui serait signable par le grand public ?
Verlaine ne serait qu'un lampiste apeuré et perdu dans la nuit éternelle du Panthéon. Seule la poésie de Rimbaud a ce pouvoir d'irradier le visage fermé Grands Hommes. La place de Verlaine est devant le public, en tête de gondole, à applaudir le talent pur, en toute modestie.
Rimbaud et Verlaine au Panthéon : Deux hommes pour un coffin ?



Lettre ouverte à tous les Assis, dont les noms frétillent par ordre alphabético-protocolaire aux premiers rangs de la pétition : S’il vous plait, foutez-leur la paix ! Que jamais les honneurs empesés de la République n’étouffent ces libres fantômes ! Et plutôt que de mettre en cage, même dorée, même de marbre, deux nouvelles recrues, rendez plutôt Jean-Jacques à son île des peupliers, où flotte encore parfois le souvenir de Gérard, Sylvie et Adrienne !



Cette pétition, mal pensée, mal ficelée, et, pire que tout, mal écrite est un crève-cœur pour qui aime vraiment (c’est-à-dire en toute innocence) l’œuvre et les vies de ces deux poètes. Quel Mal vous ont-ils fait pour vouloir tout à trac agiter ainsi leur poussière et troubler leur repos ? Leur mythe n’est pas à vendre, ni à l’étal, ni à l’encan ! Les soldes ne sont pas ouvertes !



« Que dit-on aux poètes à propos du Panthéon » (sic). Une première ligne, à l’image de l’entière démarche, affligeante. « Le châtiment de Tartuffe » aurait sans doute été plus approprié. Pourquoi, en effet, cette punition ? Pourquoi menacer ces deux poètes d’une condamnation, sans jugement ni jugeote, à une peine perpétuelle ? Vaille que vaille, Rimbaud et Verlaine ont tenté de vivre en liberté (autant que la société des Hommes alors - comme aujourd’hui, comme demain - pouvait le permettre), et vous voudriez à présent vous emparer de leurs restes, vous approprier leur mémoire comme l’on fait d’un scalp ou d’un trophée ? Non ! Pas eux, pas ça ! Même pour une cause, aussi juste soit-elle ; une communauté, aussi active soit-elle ; ou une patrie, tellement en quête de repères et d’unité soit-elle !



Comparer Rimbaud ou Verlaine à Oscar Wilde tiendrait de l’ignorance si ce n’était tout bonnement de l’imposture ! Si Oscar Wilde, porta haut son homosexualité, il en fut tout autrement de nos deux poètes. Jamais Rimbaud n’en pipa mot, et Verlaine, son « old cunt ever open(ed) », brouilla toujours les pistes, auprès de ses amis, comme devant la postérité, alternant l’aveu : « mon grand péché radieux » et le déni : « qu’on l’entende comme on voudra, ce n’est pas ça (…) je vous dis que ce n’est pas ce que l’on pensa ».



Et puis, quelle drôle d’idée de vouloir faire entrer au Panthéon, conjointement et en « parallèle » (sic), pour une sempiternelle mort commune, deux êtres que la vie et ses embrouilles avait séparés, comme tant d’autres, une fois la passion feue. Réunir sous une même coupole l’Oestre et le Loyola, ces libres divorcés, sous prétexte qu’ils se sont aimés 2 années durant, c’est vouloir nier leurs choix, réviser l’histoire, et figer leurs vies. Si leurs tombes sont séparées, qu’importe, leurs noms et leur mémoire resteront encore longtemps associés. N’est-ce donc pas l’essentiel pour vous ? D’ailleurs, on n’enferme pas des mythes au Panthéon, juste des symboles !



S’il vous paraît à ce titre important de faire respecter un quota de diversité au sein de l’édifice, pourquoi ne pas plutôt demander l’intronisation du plus grand écrivain français du siècle passé, celui en l’honneur duquel Verlaine précisément, le 10 juillet 1873, tira dans le ciel bruxellois, deux coups de révolver, comme autant de bougies d’anniversaire ? Sa tombe de marbre noire (sobre, mais ni étriquée ni avare), sise au Père Lachaise, ne lui donne-t-il pas déjà un avant-goût du lieu.



Mieux encore ! Boudé de son vivant par l’Académie Française, réclamons le transfert des cendres de Charles Trenet au Panthéon ! « Les sanglots longs des vi-olons de l’automneeee bercent mon cœur d’une langueur mo-notone ». Quelle promotion inespérée, quelle revanche ! Ne manque-t-on pas d’ailleurs cruellement de chanteurs - les poètes d’aujourd’hui - place des Grands-Hommes ?



Et s’il fallait ensuite appliquer un quota de rockers français, l’élu serait alors tout trouvé !



Circeto



https://rimbaudetaitunautre.home.blog/
Faire de l'homosexualité de Verlaine et Rimbaud un symbole est abusif:ce n'est qu'une parenthèse de deux ans dans leur vie .Quant à Verlaine au Panthéon:cela relève du canular.Verlaine a été anti-républicain,anti-parlementaire et demandant le retour de la monarchie.Rimbaud le Communard Gilet jaune avant l'heure.Verlaineréactionnaire monarchiste.Les choix de Madame la Ministre de la culture font penser à une plus grande maitrise de l'oppotunisme que de l'histoire.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.