Des bibliothèques en prison, c'est légal, pas dans les écoles ?

Clément Solym - 02.07.2009

Patrimoine et éducation - A l'international - bibliothèque - écoles - prison


Philip Pullman, Francesca Simon, Michael Rosen (celui qui estimait que l'école faisait perdre le goût de la lecture), ainsi que le secrétaire général du National Union Teaches, Christine Blower ou encore Dave Prentis, d'Unison... voilà du beau monde sensible au sort des bibliothèques scolaires en Angleterre et qui a signé une pétition pour leur sauvegarde.

Car, ce n'est pas neuf, elles sont menacées. Alors que les prisonniers disposent d'un droit légal à une bibliothèque, les élèves n'en ont pas et ces personnes estiment qu'il s'agit d'une carence grave. « Nous soutenons pleinement le droit des détenus à une bibliothèque. Cela peut faire partie du processus de réhabilitation par l'éducation. Les rapports indiquent que nombre de jeunes qui commettent des infractions ont un faible niveau d'alphabétisation », notent-ils dans une lettre envoyée au secrétariat d'État à l'enfance.

En effet, seule la moitié des écoles secondaires possède une bibliothèque accessible à plein temps et 28 % uniquement a un bibliothécaire qualifié. « Il ne serait pas coûteux de remédier à cette situation, même en cette période difficile. Les coûts sociaux d'une faible alphabétisation sont importants », précise la lettre.

Mais il semblerait qu'en ce qui concerne le monde des livres, et spécialement le domaine des bibliothèques, le gouvernement se sente moins sous pression que s'il s'agissait d'un vaste mouvement de défense de la culture et de l'alphabétisation, note Alan Gibbons, auteur signataire.

Raison de plus pour en appeler à l'ensemble de la profession et des syndicats. En novembre dernier, Philip Pullman avait déjà sonné l'alarme durant une visite dans une bibliothèque scolaire. La pétition elle-même en appelle à une intervention directe du gouvernement afin qu'il légifère sur cette situation et que l'on place des personnels qualifiés dans ces lieux.

J.K. Rowling, ayant apporté sa voix à cette manifestation ajoute sa note politique personnelle : « Nous ne voulons pas rester sur la touche : nous souhaitons nous engager aux côtés du gouvernement. »



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.