medias

Bienvenue dans LES matrices : illustrer sa Bible avec Gustave Doré

Victor De Sepausy - 01.09.2020

Patrimoine et éducation - A l'international - Gustave Doré gravures - gravure matrice illustration - Gustave Doré Bible


Une vente aux enchères toute particulière se déroulera prochainement à Paris : Artcurial accueille ce 22 septembre une série de Livres et Manuscrits avec 240 lots. Pour les amateurs, certains d’entre eux apporteront des heures d’amusement, pour le prochain confinement. On dit « Merci, Monsieur Doré » !



Nous avions évoqué les archives de Georges Brassens — quelque 150 pages documentant sa manière de travailler, d’écrire, de composer. Mais il en est un autre, parmi les grands, qui en cinq lots, fera recette : l’art de Gustave Doré, peintre, sculpteur, mais également illustrateur et caricaturiste, se décline en plusieurs matrices métalliques.

Par ces plaques d’impression faites à partir de bois gravé, il devenait possible de reproduire les différentes gravures de l’artiste. Or, en 1866, indique la maison de vente, Doré va faire paraître chez Mame, à Tours, ses premières illustrations de la Bible.

Carteret considère qu’il s’agit d’un « ouvrage capital et remarquable par son illustration : Doré était dans toute la maîtrise de son art ». Pour une seconde édition, réalisée à la même époque, des éléments des gravures sont supprimés, d’autres modifiés. 
 


Doré portait ce projet depuis plusieurs années. « Quand il a parlé d’illustrer la Bible, tout le monde a jeté de hauts cris. C’est une folie, a-t-on dit ; la Bible après Les Contes drolatiques ! [...] je lui parlai de ce projet ; j’allais peut-être même le féliciter de l’avoir abandonné, mais il me prévint aussitôt : C’est une idée fixe, me dit-il, je veux illustrer la Bible [...] ce sera long ! J’en veux faire mon œuvre la plus sérieuse », rapportait Georges d’Heilly, dans ses mémoires.

Les premières réalisations furent présentées au public en 1864, et l’ouvrage sera fourni dans toutes les capitales d’Europe pour Noël de la même année. « Non seulement le succès commercial est là, mais l’iconographie proposée par Doré sur ce sujet marquera toute la représentation qui pourra désormais en être faite, y compris dans le cinéma du début du XXe siècle », indique la maison Artcurial. 

<

>



« D’un point de vue technique, l’édition du XIXe siècle a pris l’habitude, pour ses grands tirages, de créer, à partir des originaux en bois, des matrices métalliques. Ce sont les techniques de la stéréotypie, ou du gillotage (procédé mis au point par Firmin Gillot en 1850) qui sont utilisées pour obtenir des supports d’impression plus solides et faire face aux possibles rééditions. »

Les matrices sont estimées entre 800 et 1000 €, illustrant différentes scènes de la Bible : l’Ange montrant Jérusalem à Saint Jean, Samuel faisant mettre à mort Agag, ou encore le Christ insulté, le Couronnement d’épines et Saint Pierre dans la maison de Corneille. 

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.