Au Kenya, le piratage de livres fait des ravages chez les éditeurs

Clément Solym - 06.10.2008

Patrimoine et éducation - A l'international - Kenya - piratage - livres


Dans un coin du marché de Nairobi, un étudiant s'affaire sur une photocopieuse : ce livre de 100 pages qu'elle photocopie lui aurait coûté 300 shillings kenyans si elle avait dû l'acheter. Le photocopier lui en coûtera 200. Soit 2 €.

Le cauchemar des éditeurs

Une pratique répandue, mais qui devient le cauchemar des éditeurs : durant le premier semestre, seules trois personnes se sont procuré le livre de cours. Les autres l'ont photocopié. Cette reproduction non contrôlée par l'industrie du livre du Kenya préoccupe grandement les éditeurs : durant la 11e Foire internationale du livre de Nairobi, ils ont décrit le piratage comme l'un des plus grands obstacles de leur métier.

Et les efforts pour que soit respecté un certain protocole ont rencontré l'hostilité des écoles comme des entreprises. Et l'augmentation du niveau d'alphabétisation ne devrait qu'accentuer le problème : des solutions sont nécessaires pour protéger les livres.

Des coûts qui augmentent... pour tout le monde

Des tentatives de baisses de prix sont expérimentées, sur les titres les plus récents, mais le phocopillage ne sera pas freiné par des mesures aussi limitéés. « Quand on doit choisir entre manger et lire, quelle est la priorité », interroge M. Elouga, du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales, en Afrique ?

D'un autre côté, le président de l'association des éditeurs du Kenya explique que les coûts de production ont augmenté et que cette hausse doit malheureusement se répercuter sur le consommateur. Selon certaines estimations, le piratage aurait aussi un coût : 10 millions de shillings et depuis que le gouvernement a instauré la gratuité des manuels du primaire et du secondaire, leur prix a également grimpé en flèche.

Des mesures dérisoires, mais mieux que rien

Des petites taxes sont prélevées quand on fait des photocopies, une somme dérisoire, mais qui vaut mieux que de ne rien toucher du tout. D'autant que les universités se dégagent du problème en arguant que le piratage est la pleine et entière responsabilité des élèves, pas la leur, quand les éditeurs grondent.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.