Revenir à un prix fixe du livre au Royaume-Uni, pour les libraires

Clément Solym - 07.10.2011

Edition - Librairies - livre - prix - vente


C'est en 1829 que les éditeurs anglais appliquèrent pour la première fois un prix unique de vente pour leurs ouvrages. Et que, quelque vingt années plus tard, un certain Charles Dickens parvient à abroger cette législation. Elle est revenue à la charge en 1890, sous le nom de net price system, avant d'être définitivement abrogée en 1995.

Mais voilà que les libraires britanniques remontent à l'assaut, estimant que le gouvernement devrait intervenir dans leur secteur, pour sauvegarder les établissements. Le directeur de la Booksellers Association, Tim Godfray, a ainsi lancé un appel pour que les centres-ville ne soient plus des déserts culturels.

Parmi les options envisagées, le retour à la fixation d'un prix de vente du livre, qui permettrait de faire front directement aux revendeurs comme les centres commerciaux ou Amazon, qui représentent la plus importante menace selon eux.

 


La protection du prix de vente des livres est effective en France depuis la loi Lang de 1981, et a permis largement de maintenir un réseau de librairies dans le pays. Elle n'est cependant pas assez forte pour contrer la présence et l'occupation du marché du livre par les vendeurs en ligne.

Selon un libraire, interrogé par The Bookseller, l'Angleterre aurait tout intérêt à mettre en place une protection sur le prix de vente des livres numériques, comme c'est déjà le cas dans d'autres pays européens. En France, ou en Allemagne, la législation protégeant les libraires a permis une avancée notable du commerce, et les confrères britanniques envisageraient finalement avec plaisir cette évolution.

Sauf que la réintroduction d'une législation se confronterait à de nombreux obstacles, d'autant plus que d'autres marchands depuis des pays anglophones pourraient toujours aider les consommateurs à la contourner. Tim Godfray estime cependant que la coalition des éditeurs, du gouvernement et des consommateurs, en vue de préserver les libraires indépendants est indispensable.

La question est donc sur le feu, et ne s'arrêtera pas là.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.