Quand un permanent du Parti communiste prend la direction d'une maison de poésie

Clément Solym - 08.12.2020

Edition - Les maisons - poésie éditeur France - temps cerises poésie - livres poésie publication


Ils sont une centaine, poètes, traducteurs, universitaires, à signer un texte alarmé, préoccupés par le devenir de la maison d’édition fondée autour de Francis Combes : Le temps des cerises. Ils évoquent « un grand danger », suite à la décision des principaux actionnaires.

PCF
 

Depuis 1993, Le temps des cerises s’est structuré avec un collectif d’auteurs, réunis par la figure de Francis Combes. À ce jour, la maison compte près de 1000 titres à son catalogue — et nombre d’entre eux sont aujourd’hui des légendes dans la poésie française, tels Jorge Amado, Eugène Guillevic, Catherine Claude, Roger Bordier ou Pierre Bourgeade.
 

Nouveaux actionnaires, nouvelle vision ?


Mais voilà : fin novembre, Dominique Vidal exposait une étrange situation : selon Patricia Latour, une ouverture du capital de l’entreprise avait été décidée voilà quelques années. On se souviendra qu’en 2013, déjà, la maison avait fait face à quelques difficultés avec un montant de 42.000 € à verser à une ancienne employée, et un risque évident de dépôt de bilan.

« La position du Temps des Cerises est très particulière dans le paysage éditorial français », nous indiquait Francis Combes, aujourd’hui président de l’association L’autre livre réunissant des éditeurs indépendants.

Entraient alors Freddy Huck, de la fédération CGT de l’agro-alimentaire, et Isabelle Figuères, de Malakoff. « Ceux-ci ont tout un temps apporté leur concours en respectant les choix éditoriaux qui étaient faits et sans attendre de contrepartie financière à leur engagement », souligne Patricia Latour

Mais voilà plusieurs mois que l’éditeur est chahuté : après le départ de Francis Combes, les associés manifestement devenus majoritaires ont écarté les propositions que le fondateur avait formulées pour la nouvelle équipe éditoriale.  

« Ils ont décidé unilatéralement de nommer comme nouveau directeur un permanent du PCF, l’actuel rédacteur en chef de la revue du secteur économique de ce parti, qui est de plus secrétaire départemental du PCF dans le Lot-et-Garonne et élu à Agen », poursuit-elle, ajoutant que ce dernier « n’a ni le profil ni les compétences requises pour ce travail ».
 

Le Temps du Parti des Cerises ?


Que le PCF prenne l’avantage dans la maison devient impensable — quelle que soit la diversité que représentent les communistes. « Tout cela se fait sans tenir compte du collectif humain que constitue cette maison, avec ses fondateurs, ses collaborateurs et ses auteurs qui ont toujours joué un rôle essentiel dans la vie de la maison », déplore celle qui fut la directrice de la communication de la maison entre 2001 et 2005.
 

Le Temps des Cerises a toujours publié nombre d’écrivains, dans leur diversité, communistes, libertaires, socialistes, trotskystes, écologistes ou autres, se retrouvant pour la plupart dans un même refus de l’ultra-libéralisme, du capitalisme et de l’impérialisme dont on voit aujourd’hui les effets mortifères pour la civilisation, les libertés, la culture et même le devenir de la planète et de la vie terrestre.



Et l’on se préoccupe désormais de comprendre ce qui se trame, et ce que l’on veut faire avaler, du noyau ou de la queue, de ces fameuses cerises. 

« S’agit-il seulement de reclasser un permanent (ce qui n’est pas la vocation de cette maison d’édition) ? Ou bien de l’effet collatéral de luttes de factions internes à la CGT et au PCF ? En fait, tout se passe comme si une fédération de la CGT et une section de travail du PCF avaient décidé de mettre la main sur cette maison d’édition indépendante pour réaliser un autre projet éditorial, un projet politique. »

Pour protester, voici qu’une pétition a été mise en ligne : « L’esprit initial du Temps des Cerises, fait d’engagement progressiste et d’ouverture, s’est maintenu jusqu’à aujourd’hui. Cette maison qui a toujours été résolument à gauche, n’a jamais été la maison d’édition du parti communiste ou d’une quelconque organisation politique, ni même d’une organisation syndicale, quelle qu’elle soit. »

Manifestement trop éloignée de ce que Francis Combes a pu vouloir pour sa société, les signataires demandent à corps et à cris que la nouvelle direction s’inscrive dans la mission de la maison. 


crédit photo : Julien B. CC BY ND NC 2.0


Commentaires
Et sinon se demandait si la culture doit vivre?
A peine croyable de lá part du Parti d Aragon, d Eluard. Pour Parler culture, je sors ma carte cgt a jour dês timbres.
Il serait amusant d'écrire le même article en remplaçant PC par FN (ou son avatar moderne RN) et lire les commentaires.
votre essai pathétique de comparer le FN au PCF n'a rien ni d'amusant ni de décent. Les noyés algériens vous saluent.
Vous êtes au courant que le FN est né une dizaine d'années après les faits dont vous le rendez responsable ?

On pourrait s'amuser à compter les victimes du PC et du PCF ? Le premier a un score honorable d'une centaine de millions de morts dans le monde. Pourtant, la France continue d'avoir un parti communiste. Très drôle quand on sait que les nazis n'ont fait « que » 50 millions de morts (bien aidés par la Seconde Guerre Mondiale) et sont interdits (à juste titre !) partout. Deux poids, deux mesures ?

Le PCF est ce parti qui venait tabasser sur le quai de Marseille les blessés rapatriés d'Indochine... à coup de de barres de fer. Exemple d'humanisme qui laisse froid le monde d'aujourd'hui, mais dont les Black Box sont des dignes héritiers...

À quand l'interdiction du communisme ? Il est vrai que beaucoup de journalisme vont se trouver mal...
Que c'est lassant ces chamailleries d'orientation politique dans une Maison de Poésie au si beau nom paisible que "Le temps des cerises". Passera-t-elle au "temps des grenades"?

Un peu de respect pour les poètes et leurs lecteur, s'il vous plaît!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.