Piratage de livres en ligne, la contre-attaque des éditeurs

Clément Solym - 01.07.2008

Edition - Société - manuels - scolaires - piratage


De plus en plus d'établissements scolaires américains se retrouvent confrontés au téléchargement de copies illégales de livres scolaires, via les mêmes réseaux que ceux qui servent pour le film et la musique. Et sentant la menace, les éditeurs réagissent.

Des sites de téléchargement officieux

Sur un site, Textbook Torrents, plus de 5.000 manuels sont en libre téléchargement, au format PDF. Une simple inscription gratuite permet de se procurer le livre, sur un site qui affirme : « Il existe très peu de manuels scolaires numérisés, et nous sommes là pour faire changer ça. » Et d'inciter également à numériser soi-même des ouvrages pour les proposer en retour.

L'Association of American Publishers a recensé des milliers de cas de piratages et envoyés des lettres aux sites incriminés exigeant que les fichiers soient retirés. « En l'espace de deux semaines, nous avons trouvé 60.000 des 250.000 fichiers disponibles », déclare Edward McCoyd, directeur de Online Piracy Working Group. Et l'augmentation s'intensifie. « Il est troublant de constater la culture du piratage », ajoute-t-il. Mais en incitant à la consommation d'ebooks, on amène aussi le client vers ce genre de solution. Un écueil que semble avoir évité à ce titre en France le rapport sur le Livre numérique.

Pas de recours en justice

Pour l'heure, les éditeurs n'ont pas intenté d'action en justice, contre les élèves, contrairement à ce que la Recording Industry Association of America a pu mettre en place. Pour l'heure, le groupe se contente d'un audit du marché pirate, sans tenter de faire fermer les sites non plus. Pourtant, les éditeurs expriment de plus en plus d'inquiétudes à ce sujet.

Ces derniers ont pris des mesures pour prévenir le piratage de livres. Chez Harvard Business Publishing, un employé est dédié à plein temps à la surveillance des livres numérisés non autorisés qui apparaissent sur le réseau. Il recense environ 100 nouveautés par semaine. Un site avait particulièrement été remarqué à ce titre, c'est Scribd, destiné au partage, mais qui ne permet pas la diffusion d'oeuvres sans la permission des ayants droit. Sauf que tout le monde ne respecte pas les règles.


Du côté des pirates, on avance des prix excessifs : le besoin d'un livre pour achever un mémoire empêche-t-il cependant d'aller le chercher en bibliothèque ? « Il n'existe qu'un exemplaire à la BU de la fac, et il est constamment emprunté », explique sur un forum un utilisateur. Sur le site, il lui suffit de faire la demande et voilà que le fichier apparaît quelques jours plus tard.

Et quid des auteurs ?

Et pour les auteurs de ces manuels ? Certains n'ont jamais entendu parler de sites Torrents, mais peu se voilent la face sur la situation. Pas de réelle colère, car l'impact économique n'est pas encore manifeste, mais certains se sentent profondément impuissants sur le sujet. « La piraterie est un problème important et croissant pour l'industrie des manuels scolaires », explique Willima Sampson, du Cengage Learning.

Les mesures des éditeurs, travaillant en collaboration avec les autorités de contrôle ou en traquant les données sur le net, et menant à des arrestations comme en Chine, semblent vaines. « Vous réduisez trois personnes à néant, et quatre autres surgissent. C'est comme des blattes ! » Alors, certains éditeurs veulent tenter de publier une nouvelle version de leur manuel chaque semestre pour prévenir de la piraterie. Avec des modifications facilement adaptables, ils pourraient garder un coup d'avance sur les pirates. Un voeu pieux...



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.