medias

Nommée au Booker Prize, Tsitsi Dangarembga est arrêtée au Zimbabwe

Gariépy Raphaël - 01.08.2020

Edition - Justice - Edition auteur - Prison Justice - Tsitsi Dangarembga International


Peu après la sélection de son roman par le Booker Prize, l’écrivaine zimbabwéenne Tsitsi Dangarembga était arrêtée alors qu’elle participait à une manifestation anticorruption. L’auteure a décrit son arrestation sur Twitter, affirmant sa volonté de révolte : « Si vous voulez que votre souffrance cesse, vous devez agir. »
 


Mardi 28 juillet, les jurés du Booker Prize dévoilaient leur première sélection pour l’édition 2020 du célèbre prix britannique. Parmi les 13 titres retenus, on retrouvait notamment This Mournable Body de l’écrivaine zimbabwéenne Tsitsi Dangarembga. Particulièrement reconnue outre-Manche, elle est notamment l’auteure de Nervous conditions (À fleur de peau, trad. Étienne Galle, éd. Albin Michel) listé par la BBC comme l’un des 100 livres qui ont façonné le monde.
L’autrice a été arrêtée ce vendredi dans le cadre de la répression des manifestations anticorruption prévues à Harare, la capitale du pays. Des centaines de policiers ont patrouillé dans la ville toute la journée, ordonnant aux habitants de ne pas sortir de chez eux. Ces derniers entendaient protester contre la flambée des prix, la détérioration des services publics et la corruption généralisée qui caractérise le gouvernement du président Emmerson Mnangagwa.

 

 

Une arrestation symptomatique 


La police avait menacé les manifestants de représailles et qualifié les volontés de protestation d’« insurrection planifiée ». Malgré cela, Tsitsi Dangarembga a passé sa matinée à poster des messages contre le régime en place, s'insurgeant notamment contre l’arrestation illégitime de journalistes au Zimbabwe. 

À son public, elle assure peu avant son arrestation : « Mes amis, voici un principe. Si vous voulez que votre souffrance cesse, vous devez agir. L’action vient de l’espoir. » Une heure plus tard, l’écrivaine déclare avoir été emmenée par la police, décrivant son transfert et affirmant qu’elle ne pourrait peut-être pas tweeter avant un moment.
 

Comme le souligne The Guardian, cette arrestation fait suite à une longue série de coups de force visant à faire taire l’opposition au sein du pays. Les intellectuels et écrivains semblent particulièrement touchés. Ainsi un groupe d’hommes armés non identifiés a récemment fait une descente au domicile du rédacteur en chef d’un site web d’information. Constatant l’absence du journaliste, les miliciens ont enlevé sa sœur.

Plus tôt cette semaine, la police a publié une « liste des personnes recherchées » s’opposant à la politique du gouvernement, tout en menaçant d’expulsion l’ambassadeur des États-Unis accusé de financer les troubles. 


Crédit photo : David Clarke, Ayebia, CC BY-SA 3.0


Commentaires
Oui! Vive Tsitsi Dangarembga! Vive la liberté, vive la démocratie et la décence!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.