medias

Michel Brûlé, l'éditeur reconnu coupable d'agression sexuelle

Clément Solym - 14.10.2020

Edition - Justice - éditeur agression sexuelle - Michel Brûlé justice - Québec agression sexuelle


Deux grandes affaires de mœurs ont agité le Québec ces derniers temps : la première était fictionnelle, et Yvan Godbout, accusé de pornographie juvénile s’en est sorti disculpé. La seconde, bien plus réelle, a conduit à la condamnation de Michel Brûlé, créateur de la maison Les Intouchables.



Tout a débuté en octobre 2017, quand #MeToo explosait sur les réseaux : l’éditeur faisait l’objet d’une plainte criminelle, après que sept anciennes employées dénonçaient un comportement totalement hors de propos. Un an plus tard, c’est un mandat d’arrestation qui intervenait, émis par la ville de Québec : à l’époque, l’éditeur se défendait en prétextant des machinations politiques. Investi dans la candidature pour la mairie de Plateau-Mont-Royal, il aurait été victime d’une campagne de diffamation.

Sauf que le procès s’est bel et bien ouvert le 24 février dernier, suite aux dénonciations d’une plaignante, qui évoquait des faits survenus en mars 2014. « Je lui ai dit que j’étais là pour affaires, et après cela, il a commencé à m’embrasser dans le cou, à me toucher les fesses, les seins et le pubis. J’étais figée », expliquait-elle.

Brûlé ripostait en assurant que l’autrice émettait des signaux contradictoires. « Elle était câline, elle faisait des compliments. Il y avait une tension sexuelle : j’étais perplexe », racontait-il.

Le projet d’écriture qu’elle avait alors prévu de présenter à l’éditeur a tourné au vinaigre : l’éditeur l’avait bien conviée chez lui, et se décide à « se brosser les dents, se raser la barbe et se raser le crâne ». Et de proposer à l’autrice de prendre une douche — chose qu’elle a refusée. 

Le magistrat, cité par TVA Nouvelles, raconte : « Elle est figée. Elle veut quitter l’endroit, mais en est incapable. L’accusé s’approche d’elle, déboutonne sa chemise, l’embrasse, lui touche les seins, les fesses, le pubis. » C’est le moment où elle choisit de quitter les lieux — alors que l’éditeur lui assure qu’il publiera malgré tout son ouvrage. 

Dans La Presse, on pointe les différentes invraisemblances dans les déclarations de Michel Brûlé : « À aucun moment elle n’a consenti aux comportements sexuels de l’accusé », indique le juge. La décision de porter plainte fut alors motivée par l’ensemble du mouvement #MeToo.

Mais durant l’audience de ce jour, le juge n’a manifestement pas adhéré à la défense de Michel Brûlé et à ses signes troubles ou encore au désir qu’il aurait cru lire dans les yeux de l’autrice. Désormais reconnu coupable d’agression sexuelle, il connaîtra sa peine ultérieurement.



crédit photo : Asclepias CC BY SA 4.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.