Lagardère : Amber Capital et Vivendi persistent auprès de la justice

Antoine Oury - 27.11.2020

Edition - Justice - Lagardère Amber Capital - Vivendi hachette - Bernard Arnault


Le groupe Lagardère n'en a pas fini avec ses actionnaires Amber Capital et Vivendi : ces derniers ont fait appel de la décision du tribunal de commerce de Paris, qui leur refusait l'organisation d'une assemblée générale exceptionnelle afin de pouvoir obtenir des sièges au conseil de surveillance du groupe d’Arnaud Lagardère. Une nouvelle décision judiciaire sera donnée le 17 décembre prochain.

Legal Gavel & Open Law Book


Le bras de fer judiciaire entre Lagardère et deux de ses actionnaires, Vivendi et Amber Capital, se poursuit. Les premiers actionnaires du groupe tentent de convoquer une assemblée générale extraordinaire, afin d'obtenir quelques sièges au conseil de surveillance du groupe. 

Ce conseil de surveillance réunit neuf membres, « tous indépendants, dont un membre représentant les salariés du Groupe », indique Lagardère. Il réunit actuellement Patrick Valroff, Jamal Benomar, Valérie Bernis, Michel Defer, Soumia Malinbaum, Guillaume Pepy, Gilles Petit, Nicolas Sarkozy et Susan M. Tolson. Ce conseil assure le contrôle permanent de la gestion du groupe, en vérifiant sa stratégie. L'enjeu pour Vivendi et Amber serait d'y placer des proches, pour orienter les décisions.

Dans son premier verdict, le tribunal de commerce de Paris avait conclu que la demande n'avait pas d'autre but « que celui de leurs intérêts propres » et que les nominations qu’ils sollicitaient n'auraient pas pour effet d'améliorer la gestion du groupe. Comme le rapporte l'AFP, Vivendi et Amber Capital ont au contraire assuré qu'il était « légitime » que des actionnaires pesant pour 49 % du capital soient représentés.

La gestion d'Arnaud Lagardère reste au cœur des critiques : depuis le 17 août 2020, il a été reconduit pour quatre année à la tête du groupe, ce que contestent les deux actionnaires frondeurs.
 
Les rumeurs persistent également autour d'un partage des actifs du pôle international d'Hachette Livre, qui permettrait à Vivendi de muscler sa filiale Editis, dédiée à l'édition. Ces bruits de couloirs évoquant un partage d'une partie des activités du groupe Lagardère avaient été démentis par Arnaud Lagardère en novembre dernier.

Photographie : illustration, Blogtrepreneur, CC BY 2.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.