Il avait créé Picbille : Rémi Brissiaud, héraut des mathématiques, a disparu

Victor De Sepausy - 29.11.2020

Edition - Société - Picbille mathématiques - Rémi Brissiaud


Les éditions du Retz nous apprennent le décès de Rémi Brissiaud, « héraut des mathématiques », et créateur de Picbille. le petit héros des écoliers depuis 1991. « L’optimisme de cet infatigable pédagogue va nous manquer terriblement », indique l’éditeur.




 

Docteur en psychologie et professeur de mathématiques, toujours en quête de nouvelles approches didactiques qu’il présentait régulièrement aux enseignants, Rémi Brissiaud a joué un rôle essentiel au sein des éditions Retz à qui il avait confié l’édition de ses recherches et de ses méthodes. Il fut créateur de la collection de mathématiques J’apprends les maths et de l’iconique Picbille, est décédé à Paris dans la nuit du vendredi 27 novembre, à l’âge de 71 ans.
 

Né le 6 août 1949, à Paris, Rémi Brissiaud commence sa carrière d’enseignant en tant que professeur de mathématiques dans un lycée du Val-d’Oise. Puis, après avoir soutenu une thèse en psychologie, il devient maître de conférences en psychologie, d’abord à Versailles, puis à l’ESPE de Cergy-Pontoise.


Son œuvre est marquée par cette double formation qui l’a poussé, toute sa vie, à chercher à comprendre les mécanismes cognitifs en jeu dans les premiers apprentissages mathématiques et à inventer et perfectionner les techniques les plus efficientes pour enseigner les mathématiques à l’école primaire.
 

Le calcul sans peine


C’est le sens de son essai fondateur, tiré de sa thèse et publié aux éditions Retz en 1989, Comment les enfants apprennent à calculer : au-delà de Piaget et de la théorie des ensembles. Consacré aux apprentissages mathématiques concomitants à l’entrée de l’enfant dans le langage, cet ouvrage est devenu une référence.
 

La collection « J’apprends les maths », qu’il réalisa avec la collaboration d’André Ouzoulias, en sera la traduction pédagogique. Grâce à sa rigueur conceptuelle et sa facilité de mise en œuvre, cette collection s’imposa dès sa première édition en 1991 et continue d’être largement utilisée à l’école élémentaire.

Rémi Brissiaud formalise sa méthode en proposant une approche originale des nombres à partir de leurs décompositions mathématiques. Il s’appuie notamment sur le personnage de Picbille et ses fameuses boîtes pour faciliter l’enseignement du calcul mental.




 

Google, en 2018, dans le cadre de son exposition pour ses 20 ans en France, retiendra Picbille parmi les figures les plus marquantes des deux décennies écoulées. S’emparant à son tour des possibilités offertes par le numérique, Rémi Brissiaud participe activement au développement des Noums, une nouvelle approche pédagogique bimédia pour l’apprentissage des mathématiques.


À travers ses articles, ses nombreuses conférences, ses ouvrages de vulgarisation et ses prises de position publiques, Rémi Brissiaud a cherché avec constance à faire progresser l’enseignement des mathématiques en France. Ardent défenseur de l’école publique dont l’une porte déjà son nom, fin connaisseur des recherches internationales, il était un grand ami des professeurs.
 

« Les éditions Retz lui doivent beaucoup et auront à cœur de poursuivre son œuvre et de défendre ses convictions pédagogiques », conclut la maison.




Commentaires
Grande perte pour l’enseignement des maths
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.