Gomorra : Roberto Saviano devant les tribunaux pour plagiat

Clément Solym - 24.03.2009

Edition - Justice - saviano - gomorra - meo


Roberto Saviano, l'auteur de Gomorra est accusé par un de ses anciens confrères de l'avoir plagié. Simeone Di Meo a rassemblé un dossier qu'il a déposé auprès du tribunal et réclame 500 000 euros de dommages et intérêt à l'auteur.

Di Meo assigne Saviano en justice pour plagiat

En effet, Roberto Saviano et Simeone Di Meo ont travaillé quelque temps ensemble au journal Cronache di Napoli. Di Meo, avait déjà demandé à Saviano de s'expliquer en public sur cette affaire en passant par les colonnes du journal Roma. L'auteur n'avait pas répondu à cette invitation.

Di Meo a aussi tenté d'entamer des négociations avec l'éditeur italien de Gomorra, Mondadori mais sans succès. Au cours des échanges épistolaires entre les avocats de Di Meo et Mondadori, l'éditeur a plusieurs fois nié « toute appropriation indue de Saviano ».

Simeone Di Meo a déclaré : « Il n'y a pas de mots pour exprimer la grande surprise que j'ai eue en lisant le contenu du livre : Tout ce que j'avais écrit pour le journal [Cronache di Napoli] à propos de certains sujets, tout ce que j'avais raconté confidentiellement, en toute bonne foi et ignorant des véritables intentions du jeune free-lance [il parle de Saviano] a été légèrement transformé, et dans certains cas, transposé intégralement, sans citer la source, pour donner vie à un livre que beaucoup ont salué comme un travail inédit ».

Des similitudes entre les articles de Di Meo et
Gomorra

Si l'on regarde de plus près, à l'instar du journal italien Il giornale, on peut effectivement trouver quelques similitudes. Par exemple, concernant le clan di Lauro, on peut lire dans l'édition 2006 de Gomorra : « Le clan di Lauro a toujours été une entreprise parfaitement organisée, le boss la structurée comme un plan d'affaires multi-level ». Dans un article de Di Meo de l'année 2005 sur ce même clan, on pouvait lire « la structure organisationnelle du clan di Lauro semble copiée sur les gourous américains du management économique : c'est l'application du principe multi-level ».

Des similitudes certes, mais peut-on pour autant affirmer qu'il s'agit de plagiat ? En l'état actuel, rien ne permet vraiment de se décider. Roberto Saviano n'a pas répondu à ces accusations mais son entourage affirme qu'il n'y a eu en aucune façon plagiat, et qu'il s'est seulement servi de sources publiques, tirées aussi de journaux, et de sources contactées directement.

Un autre élément est à prendre en compte dans cette affaire. Roberto Saviano avait accusé le journal Cronache di Napoli d'être complice avec la camorra et pour Di Meo cela serait l'explication du silence de l'auteur qui serait bien en mal « d’expliquer pourquoi il a pris des informations dans ces journaux qu’il accuse ». D'un autre côté, si le journal Cronache di Napoli est bien complice avec la camorra, on peut aussi imaginer que Di Meo ne serait que le bras armé de l'organisation qui avait juré de se venger.

On en saura plus après le procès qui a été fixé au 07 juillet prochain à 09 heures au tribunal de Naples.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.