Emmanuel Macron : réouverture des librairies et bibliothèques au 28 novembre

Nicolas Gary - 24.11.2020

Edition - Librairies - Emmauel Mcron covid - déconfinement France Covid - décembre fêtes Covid


La date du 1er décembre avancée dès l’annonce du reconfinement aura presque tenu jusqu’au bout. Emmanuel Macron a dévoilé son plan pour les fêtes : pas de dinde ni de bûche glacée. En revanche, les consignes sanitaires renforcées pour les commerces, et une fin de non-recevoir pour les bars et restaurants…


 

Certes, la propagation du virus a été ralentie, mais l’avenir reste encore à la prudence, promet le président. « Nous avons freiné le virus, mais il demeure très présent, surtout dans l’hémisphère nord », indique Emmanuel Macron. La situation s’améliore dans certaines régions, mais d’autres restent préoccupantes. 
 

Sortie de crise pour la culture


Il faudra donc éviter durant plusieurs semaines nombre d’activités qui accélèrent la diffusion du virus. À partir du samedi 28 novembre au matin, de nouvelles modalités interviendront. Le confinement restera la norme, mais les déplacements seront allégés : mais tous les commerces pourront rouvrir, « dans le cadre d’un protocole sanitaire strict ». Et jusqu’à 21h au plus tard. Cela implique librairies, mais également bibliothèques indique le président.

Pour les librairies, l'on pouvait espérer, du fait de l’intense campagne de lobbying déployée par l’industrie du livre pour la réouverture des librairies. D’ailleurs, savourent certains, « nous avons vu les éditeurs du Syndicat retrousser les manches et prendre fait et cause pour nous. Mais on ne les a pas beaucoup entendus, comme [Anne] Hidalgo ou [Roselyne] Bachelot pour appeler au boycott d’Amazon. C’est vrai, c’est un libraire comme les autres… »

Et de toute manière, rien ne passait, même pour tenter en coulisse d’infléchir la décision du président : « Le chef de l’État s’est montré intraitable avec les demandes du monde de la culture. Il a du recul par rapport aux Cassandre qui ont le nez sur leurs petits problèmes. Tant qu’on ne sera pas arrivé à moins de 5000 contaminations par jour, il restera vigilant », explique un proche au Parisien. Et les tentatives de Françoise Nyssen pourtant ancienne ministre de la Culture, pour faire passer les messages n’auront été que lettres mortes.
 

Trois mouvements pour aller de l'avant


«La culture est essentielle à notre vie de citoyennes et citoyens libres », insiste le président de la République. Et d'assurer que, dès le 15 décembre, et en fonction des objectifs, le confinement sera levé. Le tout avec un couvre-feu, de 21h à 7h du matin, à l'exception des 24 et 31 décembre – uniquement « si les objectifs sanitaires sont atteints ». À partir du 20 janvier, si cela est possible de nouvelles conditions d’ouvertures seront possibles (salles de sport, restaurants, pour exemple).


La France compte sur trois outils pour éviter un troisième confinement : l’esprit de responsabilité de chacun, qui impliquerait, pour exemple, de porter le masque à domicile avec des amis (et les gestes barrières). « Du bon sens et de l’exigence, mais chacun d’entre nous a dans les mains les outils », promet le président.

Le deuxième point est médical : tests et résultats devront s’améliorer, « pour faire mieux et plus simplement ».

Enfin, il faudra parvenir à alerter pour « casser les chaînes de contamination à la racine ». L’application TousAntiCovid serait pour ce faire « une aide précieuse ». « Le retour à la normale n’est pas pour demain, mais nous avons les outils pour maitriser l’épidémie dans la durée », assure le président. Si la crise va assurément s’aggraver, la France a mis en place les solutions nécessaires. « Dans les prochains mois, il nous faudra consolider ces forces. […] Nous devrons continuer à innover. […] Demain, nous vaincrons ensemble. »
 

Retour à l'activité, sur les rotules


La date du 28 novembre, pour les librairies, fait frémir. « Nous sommes nombreux à pressentir une sortie de confinement plus douloureuse encore que celle vécue en mai dernier », nous assure une libraire francilienne. Le son de cloche résonne identiquement intra-muros : « Les collègues savent que ça va être compliqué de respecter les mesures. Non qu’on ne le veuille pas : ce sont les clients qui vont faire le flux. Et on a douloureusement besoin de cette période. »
 
Du côté de la distribution, les inquiétudes formulées par Madrigall (Gallimard, Casterman, Flammarion) sont connues depuis plusieurs jours. La structure n’a eu de cesse que de répéter aux libraires qu’il leur fallait « anticiper les commandes de réassort au plus tôt afin de nous assurer, tous collégialement, une reprise à la hauteur de ce que nous savons faire ». 


Dès le 16 novembre, la structure indiquait d’ailleurs : « À défaut d’anticipation côté client, si la reprise se fait avec autant de vigueur qu’en mai dernier, il y a grand risque pour que les centres de distribution, déjà au maximum de leurs capacités sur un mois de décembre normal, ne soient pas en mesure d’accompagner éditeurs et points de vente dans cette période cruciale, qui s’achève le vendredi 18 décembre pour ce qui est des livraisons en points de vente. »

Et récemment, Hachette distribution a fait passer un message très similaire aux librairies : « Nous anticipons un possible redémarrage de l’activité très brutal sur décembre, générant de très fortes commandes, très difficiles à servir dans des délais brefs pour les entrepôts et la distribution. Dans ce contexte, je vous conseille de passer ces tout prochains jours vos commandes de réassorts afin qu’elles aient la possibilité d’être servies rapidement. » 

Personne ne se plaint d’un retour à la normale de l’activité — dans le sens d’un accueil des clients dans les points de vente. « En revanche, quand on se souvient de ce qui s’est passé à Saint-Denis, avec des librairies verbalisées, on espère surtout que la police reçoive des consignes », grommelle un libraire. Comprendre ? « Qu’on ne nous fasse pas ch*ier pour un ou deux clients de trop dans le magasin. »

Reste la bonne nouvelle : un retour à l'activité pour les librairies et les bibliothèques, dont on ne peut que se réjouir.


Commentaires
il y a 3 jours la presse internationale faisait écho du nouvel rapport de l'OMS épinglant l'Europe en tant que la zone la moins responsable face au covid, remarquant que finalement l'ensemble d'actions prises par les gouvernements (déconfiner à peine quelques jours après l'apparition des premiers indicateurs de baisse des contaminations au lieu d'attendre quelques semaines, ne pas communiquer et contrôler l'application des gestes, etc) montrent que ce que prime c'est "la manque de respect de la vie d'autrui".
Mais Macron n'a pas prononcé le mot " bibliothèques "(elles sont d'ailleurs +- en fonction dans la période actuelle...). Il a dit "Archives". Ce serait donc les archives

départementales municipales qui vont rouvrir ?
Les bibliothèques sont bel et bien citées par le président dans son discours.

En revanche je peux vous assurer qu'à notre niveau nous n'avons encore aucune indication quant au protocole à mettre en place pour l'ouverture. Peut-être en sauront nous plus demain après le discours du premier ministre.

Nous aurons donc, pour le cas qui me concerne, un protocole sanitaire à mettre en place en une journée sans aucune nouvelle de la hiérarchie ni du CHSCT pour l'heure. Mais l'effet d'annonce valait le coup visiblement.
Saurons et non sauront bien sûr (cordonnier mal chaussé).



Sinon comme vous le rappelez les bibliothèques ont mis en place très rapidement un système de "drive" ou click&collect en effet qui pour le moment reste effectif.
Bonjour Bibliothécaire,

VOus dites que l'on n'est pas prêts de reprendre parce qu'il faut encore attendre que l'on nous donne le nouveau protocole à suivre...

Hum... bibliothécaire moi-même, ai-je vraiment besoin d'attendre que Pierre, Paul, Roselyne et Jacques se réunissent pour me dire dans quelles conditions rouvrir la bib ?!?

Ne suffit-il pas de reprendre où nous en étions début octobre ?

Je frotte bien les menottes, dessus, dessous et sur les côtés

Je reste loin des autres personnes

Je ne fais pas de gros poutoux à mes bibliothécaires préférés

et bla bla bla

Le protocole peut-il vraiment être différent ?
A QUAND LA SUPPRESSION DU KM ET DU TEMPS COMME TOUS LES PAYS DE L'UE ??vivement que la proposition DEVAIT LE CONSEIL D'ÉTAT aboutisse
Namouna et les bamboulas... ca ne respecte pas LOL

Quelle hypocrite
Ce n' est pas drôle!
Comme Monsieur Gary nous invite à le faire en fin de texte, réjouissons-nous de la bonne nouvelle! Du positif, hé! grin
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.