Des étudiants grévistes à la Bibliothèque Sainte-Barbe

Antoine Oury - 04.12.2020

Edition - Bibliothèques - Bibliothèque Sainte-Barbe - moniteurs etudiants - greve bibliotheque


Au moment de la publication de cet article, l'établissement interuniversitaire n'est pas en mesure de garantir l'ouverture de ses locaux, ce samedi 5 décembre, et pour cause. Les moniteurs et monitrices étudiants de la Bibliothèque Saint-Barbe (Sorbonne Nouvelle Paris 3) ont déposé un préavis de grève pour tout le mois de décembre. Ils dénoncent une précarité aggravée par la crise sanitaire.



23 des 24 étudiant.es moniteur.trices de la Bibliothèque Sainte-Barbe, située dans le 5e arrondissement de Paris, ont déposé un préavis de grève pour ce samedi 5 décembre. Un piquet de grève est organisé, de 9h30 à 14h sur la place du Panthéon, entre la Bibliothèque Sainte-Barbe et la Bibliothèque Sainte-Geneviève.

Les grévistes dénoncent des conditions de travail dégradées pour les étudiant.es moniteur.trices, employé.es sous le régime contractuel, à l'occasion de la crise sanitaire. Ils demandaient notamment « que notre rémunération soit maintenue durant la fermeture exceptionnelle de la bibliothèque due aux annonces gouvernementales, sans avoir à rattraper nos heures ».

Une rémunération devra également être garantie, en cas de nouvelle fermeture exceptionnelle ou de nouveau confinement, soulignent aussi les grévistes, qui demandent enfin des garanties sur la base des heures fixes hebdomadaires et les congés dans les contrats de vacation 2021-2022. Les contrats courants jusqu'en juillet prochain garantiraient 15h par semaine, mais une offre d'emploi remontant à octobre 2019 avançait seulement 12 heures hebdomadaires pour un emploi à la Bibliothèque Sainte-Geneviève.
 


« Nous dépendons, nous, de Paris 3, mais la situation est similaire dans toutes les bibliothèques universitaires qui emploient des étudiant.e.s. Le fait de nous utiliser comme main-d’œuvre flexible dans une logique de précarisation des contrats, en embauchant toujours plus de vacataires ou de contractuel.le.s émane de décisions gouvernementales, qui ne sont pas sans lien avec la Loi relative aux libertés et responsabilités des universités ou la Loi de programmation de la recherche », nous indique une monitrice étudiante par mail.
 
Comme l'indiquait le ministère de la Culture lui-même en 2018, l'emploi d'étudiants dans les bibliothèques est un dispositif « dont le coût est modéré, souvent disponible aux créneaux où la demande du public est forte, notamment le week-end et en soirée, et dont la présence peut être modulée en fonction des besoins ». « Pour les étudiants, il s’agit d’une opportunité d’avoir accès à un emploi rémunéré compatible avec la poursuite de leurs études et à une expérience professionnelle pouvant être valorisée », soulignait encore la rue de Valois.

La rémunération de ces emplois reste souvent minimale, généralement au taux horaire du SMIC en vigueur.

Nous avons tenté de joindre l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3, qui nous a renvoyé vers la BSB, dont nous attendons la réponse.

Photographie : Bibliothèque Sainte-Barbe (Guilhem Vellut, CC BY 2.0)


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.