Black Friday : des employés d'Amazon en grève dans plusieurs pays

Antoine Oury - 27.11.2020

Edition - Société - greve amazon - Black Friday amazon - amazon employes


Derrière le slogan-hashtag #MakeAmazonPay, des travailleurs employés par Amazon dans plusieurs pays vont coordonner des actions de grève pour le Black Friday, jour de promotions organisé ce 27 novembre 2020 dans plusieurs pays et le 4 décembre prochain en France. Cette journée, traditionnellement très profitable pour Amazon, sera marquée par des actions aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Belgique, au Mexique ou encore au Bangladesh. Et peut-être en France...

Amazon boxes


Avec #MakeAmazonPay, le mot d'ordre est simple : les revenus monstrueux engrangés par la multinationale à l'occasion de l'année 2020 doivent être redistribués à tous les travailleurs. Plusieurs grèves uniront des employés d'Amazon et des membres d'organisation non gouvernementales de défense de l'environnement, dans différents pays du monde.

Brésil, Mexique, États-Unis, Royaume-Uni, Espagne, Belgique, Allemagne, Luxembourg, Italie, Pologne, Inde, Bangladesh, Philippines ou encore l'Australie verront des grèves prendre place à l'occasion du Black Friday, indique Vice. La France est aussi citée, mais la reprise des négociations avec la direction a pour l'instant suspendu le mouvement.

Une réunion doit se tenir le mardi 1er décembre prochain, pour négocier les conditions de travail « post-confinement », précise le syndicat CGT Amazon France Logistique. Les salariés demandent notamment le versement d'une prime de 1000 € « suite à la hausse d'activité » du dernier trimestre de l'année.
 


« Pendant la pandémie de Covid-19, l’entreprise Amazon a atteint les mille milliards de dollars, et son PDG, Jeff Bezos, est devenu la première personne de l'histoire à accumuler 200 milliards de dollars de richesse personnelle », soulignent 39 organisations de travailleurs et unions syndicales sur une plateforme dédiée. « Pendant ce temps, les travailleur·euse·s des entrepôts d'Amazon risquaient leur vie en tant que travailleur·euse·s essentiel·le·s et faisaient l'objet de menaces et d'intimidations s'iels défendaient leur droit à un salaire plus juste. »
 

Des salariés et la planète sous pression


Outre cette demande pour une meilleure redistribution des richesses, plusieurs autres organisations, dont Amnesty International, dénoncent « le traitement réservé aux salariés du géant du commerce en ligne, en France, en Pologne, au Royaume-Uni et aux États-Unis ».

D'après ces organisations, l'administration d'Amazon « sape les tentatives de ses salariés de créer des syndicats et de négocier collectivement », à travers une politique de surveillance, des menaces de poursuites judiciaires ou encore un désintérêt pour les questions de santé ou de sécurité.

« Le droit international relatif aux droits humains et les normes en la matière sont clairs : les salariés ont le droit de constituer des organisations syndicales et d’y adhérer et de bénéficier de conditions de travail sûres et de voir leur droit à la vie privée respecté », rappelle Amnesty.

Enfin, d'autres organisations, plus impliquées dans la défense de la planète et de l'environnement, Les Amis de la Terre, Attac et Action non-violente COP21, pointent du doigt l'impact environnemental des activités d'Amazon ainsi que la responsabilité des dirigeants politiques dans son développement. 
 
« Nous demandons un moratoire sur l’implantation de nouveaux entrepôts et de nouvelles zones commerciales en périphérie des villes. C’est l’une des mesures portées également par les 150 citoyen·nes de la Convention Citoyenne pour le Climat », rappellent Les Amis de la Terre, qui demandent également une limitation du fret aérien des marchandises.

L'organisation propose une action de désobéissance civile le 4 décembre prochain, à laquelle il est possible de participer à cette adresse.

Photographie : illustration, Global Panorama, CC BY-SA 2.0


Commentaires
en effet, il faut parler des conditions de travail dans tous ces métiers des centres logistiques, il y a des risques élevés , le tout dans une organisation soumise à des impératifs excessifs de rendement : https://www.officiel-prevention.com/dossier/formation/fiches-metier/la-prevention-des-risques-dans-les-centres-de-distribution
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.