medias

Naissance du Département V, cold cases par grands froids

Mimiche - 24.09.2020

Livre


POLAR ETRANGER - Au cours d'une banale intervention de son équipe pour constater un décès découvert par hasard dans une vieille bicoque, Carl Mørk et ses collègues ont été surpris par un agresseur. Seul Carl s'en est sorti choqué, blessé mais sans gravité. Anker y a laissé la vie, Hardy y a laissé la motricité de ses jambes et Carl, comme Hardy, y a laissé le feu sacré qui faisait de leur équipe l'une des meilleures.


Après plusieurs mois d'arrêt de travail, Carl a repris le chemin du Commissariat mais l'enthousiasme fait largement défaut et les visites à Hardy, sur son lit d'hôpital, n’arrangent rien à l'affaire.
 
L'actualité ayant créé la volonté politique, le voilà pourtant bazardé sans ménagement par son patron direct dans une nouvelle section de recherche sur les cas non élucidés : un placard avec des « cold cases ». Ce qui ne dérange pas Carl qui n'est pas fâché de se retrouver seul dans un bureau du sous-sol, loin de l'agitation des étages et des regards mitigés de ses collègues.
 
Mais quand il s'aperçoit que la création de cette unité spéciale s'accompagne de fonds importants dont son patron n'entend pas faire profiter le nouveau « Département V » où Carl se retrouve seul et bien mal loti, lui revient une partie de sa hargne pour bénéficier, quand même, d'aménagements de confort de son bureau, d'une voiture de service et d'un homme-à-tout-faire, chauffeur, homme-de-ménage, secrétaire : Hafez-el-Assad !!!...
 
Un drôle de personnage que cet Hafez. A force d'insister, il a obtenu de Carl de pouvoir jeter un œil sur les dossiers non élucidés qui ont été transmis rassemblé à l'attention du « Département V ». Et, à force de titiller Carl, il a réussi à l'amener à s’intéresser à celui de Merete Lyyngaard, une jeune femme politique promise à un très brillant avenir mystérieusement disparue sur un ferry alors qu'elle partait pour quelques jours de congés avec son frère, handicapé depuis l'accident qui avait coûté la vie à leurs parents des années auparavant.
 
Stimulé par les observations pertinentes d'Hafez qui pointaient du doigt la légèreté de ses analyses préliminaires de ce dossier-là, Carl, piqué au vif, retrouve peu à peu son flair de flic : une drôle d'équipe est en train de prendre corps avec ces deux-là !
 
Je ne suis certes pas en train de vous dévoiler, avec cet ouvrage que je trouve particulièrement réussi, un « perdreau de l'année » puisque, depuis sa parution en 2007 au Danemark puis sa première édition française en 2011, ce bouquin a séduit de très nombreux lecteurs que Jussy Adler-Olsen a continué d’alimenter avec quelques nouveaux tomes des aventures du « Département V » dont au moins cinq sont déjà parus au format « Livre de Poche » (inclus le présent et premier tome).
 
Mais je pense que les amateurs du genre ne seront pas déçus en se plongeant dans cet ouvrage qui fait appel à tous les ressorts du genre : politique, information, faits divers, drames personnels, désirs/besoins de vengeance de l'âme humaine et travers insondables de celle-ci ! Rien ne manque au décor ! Tout se combine pour quelques instants de lecture passionnante dont la découverte progressive du personnage d'Hafez n'est pas le moins intrigant des constituants (mais je me garderai fort de vous en dire plus).
 
Petit à petit, le récit, en même temps que la réflexion de Carl et Hafez, dévoile d'une part tous les fils qui doivent être pris en compte dans l'écheveau d'une disparition aux motivations opaques, d'autre part toutes les difficultés et les faiblesses d'une enquête préliminaire menée originellement dans l'urgence et sous la pression du quotidien et de l'immédiateté. Lesquelles pourraient à elles seules contribuer à expliquer l'échec que va, n'en doutez pas, effacer le tout nouveau « Département V ».
 
Le récit est efficace, rondement mené, avec plusieurs histoires qui s'imbriquent les unes dans les autres, des périodes de calme suivies de soubresauts décisifs, des doutes et du suspense, des « flash-back » éclairant progressivement les éléments constitutifs de l’intrigue.
 
Rien qui sorte d'une grandiose originalité mais c'est pourtant suffisamment bien enveloppé pour créer une ambiance bien particulière, un style vraiment personnel et une histoire bien prenante qui fait tourner les pages à une vitesse folle et efface toute lassitude que pourrait faire redouter un nombre de pages conséquent (ce qui est souvent,  pour moi, source d’appréhension et de réserve a priori).
 
A l'évidence, l'auteur a trouvé un style propre et s'est engouffré dans un filon qui a continué à séduire ses adeptes si on en croit les récompenses qui ont consacré certains des opus suivants. D'ailleurs, je pense que je ne résisterai pas longtemps à aller en faire moi-même l’expérience. Et ne manquerai pas de vous en faire part.
 
Et, dans l'attente, je ne peux que vous conseiller de sauter le pas pour découvrir (si ce n'est déjà fait) un autre fleuron de la littérature policière « nordique ».
 
 
Jussi Adler-Olsen, trad. danois Monique Christiansen - Les enquêtes du département V, Vol. 1, Miséricorde – Le livre de poche – 9782253173618 – 8.20 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.