La reconstruction, Eugène Green

Franck G Bessone - 31.12.2008

Livre - reconstruction - Eugene - Green


Il s’agit d’un premier roman, mais non d’un inconnu. Voilà bien longtemps que baroqueux et théâtreux connaissent Eugène Green !



Amoureux du verbe, il a fait revivre, dans les années 80 et 90, la déclamation baroque dans ses mises en scène de textes classiques du XVIIe siècle, avec des découvertes fracassantes, qui en ont énervé plus d’un, surtout dans les milieux puristes universitaires ; pensez donc : affirmer que l’alexandrin à rime féminine avait 13 syllabes et non 12 relevait du sacrilège ! et beaucoup s’en étranglèrent ! (pour ceux qui s’intéresseraient à la question, je renvoie au brillant essai qu’il écrivit en 2001 et qui fait état de tout son travail sur le sujet, La parole baroque).

Puis de manière surprenante, Eugène Green est passé au cinéma, et les cinéphiles ont pu découvrir, ces dernières années, ses productions au style bressionnien qui continuent d’explorer, musicalement ou historiquement, son amour de la langue française et des cultures européennes. Lui, rappelons-le, qui est né aux États-Unis d’Amérique (il m’en voudrait de dire USA), et qui depuis son installation en France n’a de cesse de les fustiger !

Si je me suis permis de rapidement évoquer en introduction le parcours atypique d’Eugène Green, c’est que tout cela est présent, à un niveau ou à un autre, dans le premier roman qu’il nous livre, La Reconstruction.

De quoi s’agit-il ?

À première vue, de rien de ce que j’ai évoqué plus haut ! Jérôme Lafargue reçoit un jour un coup de téléphone d’un Allemand, Johann Launer de Munich, qu’il ne connaît pas et qui lui demande de le rencontrer. Sans donner de raisons précises. Jérôme pourrait refuser, mais il accepte, sans savoir que cette rencontre va être le point de départ d’une longue exploration de sa mémoire en sommeil, puisque celui-ci, rien de moi, lui déclare qu’il ne pense pas être celui qu’il est (après avoir découvert son certificat de décès dans les papiers de son père), et affirme que Jérôme est le seul à pouvoir l’aider à retrouver son identité (puisqu’il a découvert une photo et une lettre de lui, dans les mêmes papiers de son père datant de 1968). Jérôme ne se souvient de rien, sauf qu’en effet il était bien à Munich en 1968.

Commence alors une quête, du souvenir, de l’identité, autrement dit une reconstruction du temps où la réalité trouvera sa vérité dans la fiction. Remarquable ! À l’image de l’Europe qui n’eut d’autre choix que de se reconstruire après la Seconde Guerre mondiale, Jérôme et Johann, ainsi peut-être que chacun d’entre nous, sommes invités de même à entreprendre un voyage au cœur de nos racines, nos croyances, notre langue et notre culture ; qui sommes-nous ? Qu'est-ce qui nous définit ? que transmettons-nous à nos enfants, nos fils ?

Ce récit plonge au cœur de l’Europe, de Cromwell à Hitler en passant par la Révolution française et Napoléon, de la Tchécoslovaquie à la France en passant par l’Allemagne et la germanisation de la Bohême par l’Allemagne nazie, de la poésie de Rilke à celle du tchèque Michna en passant par Alvaro de Campos (un des hétéronymes de Pessoa). Passionnant !

Qu’il me soit encore permis de dire un mot du style, très cinématographique, de ce roman qui alterne narration écrite au présent et journal intime du protagoniste ; Eugène Green essaye, là aussi, de montrer le rôle de la parole dans la construction de l’humanité et de l’individualité.

Il n’est pas même jusqu’au langage qui porte la trace de cette reconstruction puisque de manière légère, et humoristique, il francise les mots que nous empruntons à l’Anglais ; ainsi, Jérôme refuse d’acheter du quôqualaït à son fils, et on peut se demander si c’est une question de goût ou de vocabulaire ou encore de génération ! de même, il prend le tramouais, et il dit baï baï à son selfmèdemann de frère, etc. La fantaisie n’est pas absente de ce roman !

Pour tous ceux qui rêvent de lire du nouveau – des nouveautés – en cherchant la qualité des rentrées littéraires.
 
  •   

La Reconstruction - Eugène Green - Actes Sud - 9782742776887 - 18,30 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.