La femme révélée : derrière la photo, la vie encor, à nouveau

Auteur invité - 17.01.2020

Livre - La femme revelee - Gaelle Nohant Grasset


ROMAN FRANCOPHONE - Une incertaine Violet Lee se réveille dans un hôtel parisien miteux. Eliza a changé son nom et quitté Chicago, la cité des vents, pour jouer la fille de l’air. Elle fuit la bonne conscience et l’hypocrisie. Elle fuit son mari, un homme à l’ambition brutale. Un homme que la guerre a changé comme tant d’autres. Elle fuit son confort, château de sable bâti sur l’indignité pour rejoindre la bohème d’un Paris convalescent.




Eliza a tout laissé derrière elle, jusqu’à, ultime transgression ou ultime sacrifice, son enfant.

Violet n’est pas une héroïne bravache, un de ces êtres de papier, sans épaisseur parce que sans peur. Elle est faible, fragile, pleine de doutes… Mais elle observe et elle témoigne de son temps. Pour la liberté que conquiert Violet, Eliza paie un prix exorbitant, celui de ne pas voir grandir son fils Tim. Elle cachera son drame derrière l’objectif d’un Rolleiflex, portée « comme une arme et un bouclier ».

À travers le regard de Violet, Gaëlle Nohant tire le portrait du Paname d’après guerre : tapineuses et souteneur, flics et recéleurs, tenancière, clochards, passants anonymes ou amie pour la vie. Rosa, qui a choisi d’aimer le mauvais homme, puis un homme mauvais. Brigitte, l’étudiante qui fume sa jeunesse dans les caves de Saint-Germain-des-Prés. Robert Cermack, l’ami photographe qui lui donnera sa chance. Et Sam l’amant blanc, et Horatio l’amant noir, histoire de faire jazzer tout ça.

On y retrouve la tendresse et l’acuité des Willy Ronis, Brassaï et Henri Cartier Bresson. Sans oublier l’ombre fugace de Vivian Maier.

Vingt années plus tard, Eliza rejoindra son pays et sa ville, embrasés par les luttes pour les droits civils. Au cœur des défilés pour en finir avec les ghettos et les spéculations immobilières, c’est son fils qu’elle photographiera, lui aussi engagé dans la lutte. Ils se battront pour les mêmes convictions, et ce sera enfin un bout de vie partagée pour Eliza et Tim.
 
« Doit-on séparer l’artiste de son œuvre ? » : une question salement récurrente et toujours posée pour le pire. Je préfère ici parler du meilleur : d’une autrice et amie, dont la personnalité et les romans sont empreints d’une immense générosité.

Gaëlle Nohant, par son écriture sensible et élégante, dénuée d’afféterie ou de posture, nous fait cadeau de son souffle romanesque : nous faire sortir de nous-mêmes quelques heures. Et y retourner à regret, la dernière page de La femme révélée tournée.
Yannick Grannec 
autrice
(NDLR : dernier titre paru, Les simples, chez Anne Carrière)

Gaëlle Nohant - La femme révélée - Grasset - 9782246819318 - 22 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.