L'amour à la page : force et persévérance, les clefs du succès ?

Jean-Luc Favre - 10.03.2020

Livre - Franck Thomas - amour page - écrivain éditeur succès


ROMAN FRANCOPHONE – David Meulemans n’est pas un éditeur tout à fait comme les autres, un ovni presque, au sein d’une production livresque du moment, quasi atomisante, sur un marché éditorial qui l’est tout autant. Normalien, docteur en philosophie, il est lui-même, l’auteur d’un ouvrage singulier intitulé, Oser écrire son premier roman en dix minutes par jour .


 

C'était là un manuel quelque peu atypique, mais qui pourrait très vite devenir à la mode avec une bonne promo, et qui propose aux écrivains en herbe de les accompagner quelques semaines ou quelques mois dans l’écriture de leur premier roman. Une démonstration d’attention qui délibère sur le sens de la créativité en libérant des contraintes, avec de nouveaux outils méthodologiques sans infirmer sur l’imaginaire propre à chaque prétendant à la soudaine révélation romanesque.

Or écrire, même un premier livre n’est jamais complètement le fruit du hasard avec de nombreux écueils à la clé ; une sélection à l’entrée souvent impitoyable, voire décisive pour le futur écrivain. Certes avoir de l’imagination, démarquée tant qu’à faire et symboliquement non dévoyée, de la motivation cela va de soi, mais plus encore l’impératif désir de se soustraire à soi-même avec l’intime conviction d’être le génie du siècle qui va bouleverser les règles de la langue. Et à condition toutefois de franchir l’inévitable épreuve de la page blanche.

Et ce n’est pas gagné ! D’ailleurs si l’on s’en tient au catalogue des éditions Aux forges de Vulcain, qui de ce point de vue n’a rien d’extravagant ; David Meulemans s’en tient à ce qu’il sait faire en affirmant haut et fort, à l’instar d’une politique éditoriale qui « ne croit pas au génie, mais au travail ». Un message particulièrement clair, mais qui laisse la possibilité à l’auteur pas encore né, de se prendre pour Neptune ou Apollon, en postant son manuscrit sur Mars en espérant qu’il soit lu et publié.

Ô miracle ! David Meulemans c’est certain aime prendre des risques. Sait-on jamais ? 
 

Franck Thomas, un drôle d’enfant terrible


Franck Thomas, auteur d’un premier roman, La fin du monde est plus compliquée que prévue dont on sait également qu’il est consultant et scénariste pour le cinéma et la télévision, là çà se corse un peu, est-il à son tour à l’image de son éditeur ? À en croire son second roman L’amour à la page, on pourrait supposer en effet qu’il existe une corrélation parfaite entre les deux personnages, nourris par un dialogue fécond et pour le coup intimement réaliste, en jouant abruptement sur les voies médianes sans consentir inutilement aux vaines et fâcheuses compromissions, comme c’est souvent le cas pour une première publication.

Une mise en scène presque rocambolesque de l’auteur qui n’entend pas s’en tenir à l’échec. « Un éditeur c’est comme un videur de club : lorsqu’il te refoule, c’est qu’il est temps d’aller écouter les chansons répétitives du voisin. » Une apostrophe cinglante qui renvoie au profil de toute destinée qui cherche sa réelle vocation. L’auteur n’est pas dupe cependant de qui il est, ou prétend être.

C’est forcément un génie, mais incompris et qui plus est fauché, sauf que ! « Aujourd’hui j’ai compris que ce qui importe dans la vie, c’est bien moins le fait d’être élu, que les personnes susceptibles de vous élire .». Au fait c’est de qui ? Et même si l’on sait que le principe de chaque élection prévaut sur la subjectivité des procédés qu’elle sous-entend. Merci Goliath ! 
 

Rien ne sert de courir, il faut partir à point


Pas de panique tout de même ! Car même si le Père Goriot ne passe pas pour être le meilleur des exorcistes, ce pourrait être un véritable chef-d’œuvre, du moins l’auteur en est-il convaincu. Alors, autant tenter sa chance ailleurs quitte à frapper à toutes les portes en essuyant les mêmes refus. Ça fait partie du jeu, de qui perd gagne. Le principal est d’avoir essayé tout en ramant.

Un roman donc qui se veut plonger au cœur de la réalité éditoriale, écrit dans une langue électrique et saccadée où les scènes toujours très détaillées s’enchainent jusqu’à parfois vous couper le souffle ; mais qu’importe, c’est finalement une question de rythme.
 
Le héros prend toute la place en brouillant malicieusement les pistes, et où les personnages de second plan et délibérément caricaturaux Julia, serveuse-illustratrice, Nathalie l’agent littéraire un peu trop sûre d’elle et Micheline un tant soit peu donneuse de leçons, au centre « d’un récit complètement farfelu », n’ont été conçus et fabriqués que pour conforter une trame, disons le, volontairement incertaine. Il en ressort que les moyens employés pour se frayer un chemin vers la réussite, n’ont de valeur, que dégagés d’indélicats préjugés.

Le tout est de toujours savoir où l’on met les pieds, même en trichant. Et comme le dit subtilement la mère de Julia, « remarquez tous les grands écrivains sont passés par les maisons closes, vous ne faites que perpétuer la tradition ».

À tel point que l’on peut effectivement se demander si la littérature n’est pas une grande et sage prostituée où tout le monde s’engouffre sans trop savoir comment l’histoire va se terminer. « L’existence n’est qu’une succession de combats pour la survie, l’âme du héros ne connaît de repos que dans la tombe, auréolée d’une gloire décrochée au terme d’années d’un labeur solitaire, silencieux, et bien sûr incompris. Une fois la dernière mouture d’un roman postée, la première chose à faire c’est de commencer le suivant ». Deus Ex Machina ! 


Franck Thomas – L'amour à la page – Les forges de Vulcain – 9782373050783 – 18 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.