Humeurs : Rêverie mérovingienne, par temps de neige

Les ensablés - 26.12.2010

Livre - Bel - mérovingien - Rêverie


 

Par certains aspects, j’ai été un adolescent du début du vingtième siècle, très influencé par "les Récits des temps Mérovingiens" d’Augustin Thierry. J’imaginais le vieil historien dans une pièce aux murs couverts de livres reliés, rouges, verts, dorés sur tranche, écrivant avec une plume, à la lumière grise du dehors, comme celle de ma Normandie en ce moment. Atmosphère de brouillard, professeur en redingote plongé dans ses recherches, parvenant à force de travail à redécouvrir les temps anciens, les retrouver vraiment, par le seul pouvoir de l'esprit. Et peut-être même à remonter le temps comme le héros de Noël Noël dans son film "le voyageur des siècles". J’ai mis quelque temps à comprendre que son texte n’était en vérité qu’une mise en forme habile de "l’Histoire des Francs" de Grégoire de Tours, que je n’ai découvert que beaucoup plus tard. A l’époque, on ne trouvait L’histoire des Francs que chez Guillaume Budé (Boulevard Raspail), dans cette merveilleuse collection à la couverture orange, au papier blanc, épais, qui n’a plus cours depuis l’incendie de la maison d’édition. Je n'aurais pas été plus content si j'avais découvert un incunable, un livre rare en tout cas, d'une valeur inestimable. Celui que je tenais dans mes mains l'était à mes yeux. Il représentait déjà pour moi une somme importante, et je ne doutais pas que dans l'avenir il serait vendu beaucoup plus cher que je ne l'avais acheté. Sitôt rentré dans ma chambre d'étudiant, je me plongeai dans l'Histoire des Francs, et ce fut un véritable éblouissement.

 

 

Les barbares occupaient la Gaule. Les patriciens romains étaient devenus évêques et tentaient de conserver le savoir antique. Clovis, le roi des Francs, avait quatre fils qui, à sa mort, s'entretuèrent, sous les yeux des Gallo-Romains occupés. Traquenards, batailles. empoisonnements, amours, l'Histoire des Francs était un vrai roman, sauf qu'il s'agissait d'histoire, de "réalité", enfin peut-être. Dans ce monde terrible, cruel, il y avait les miracles, la présence indiscutable de Dieu, même si cette présence n'allait pas sans celle, aussi évidente, du diable. Et c'était ce combat entre la nuit et le jour qui m'enivrait de poésie. Le monde était effrayant, sombre, mais lorsque la lumière paraissait, elle était plus éclatante. Les hommes ignoraient ce qu'il y avait derrière et devant eux. En regardant la mer, ils touchaient le mystère sans le comprendre. Imagine-t-on ce que pouvaient être leurs pensées? Qu'y avait-il au delà de la mer? Des monstres, de l'eau qui s'écoulait dans le vide? Pénétrant en Germanie, d'où était venu le désastre barbare, les Gallo-Romains s'arrêtaient devant la forêt hercynienne, infinie peut-être, on ne savait pas, et n'osaient s'avancer plus loin... Cette ignorance qui laissait la place au surnaturel m'exaltait. Et je n'étais pas le seul. Lorsque j'ai lu plus tard "Le seigneur des anneaux", j'ai cru reconnaître à quelle source Tolkien s'était désaltéré.

 

 

Et puis, il y avait des femmes aux longs cheveux, belles et blondes, terribles comme Frédégonde et Brunehaut, douces (et c'étaient celles-là qui me plaisaient le plus) comme Radegonde, la douce Radegonde, enlevée par Clotaire dans les années 530 lors d'une guerre en Germanie, et qui inspira le dernier grand poète latin de la Gaule : Fortunatus. Je pourrais continuer longtemps l'énumération des merveilles de cette histoire des Francs qui est un des rares témoignages du VIème siècle en France. Elle est riche d'une littérature qui reste à écrire. A quand un grand roman mérovingien? C'est quelque chose que je n'ai pas oublié. Grégoire de Tours n'est pas vraiment un ensablé. Son œuvre n'est littéraire que par accident. Mais qui le lit? Cela vaut bien la peine d'y passer un peu de temps.

 

Hervé BEL décembre 2010




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.