Extérieur monde : pérégrinations aux confins du temps perdu

Auteur invité - 11.11.2019

Livre - Olivier Rolin Gallimard - Exterieur Monde - rentree litteraire 2019


RECIT LITTERAIRE - Les carnets de notes qui l’accompagnent depuis des années se transforment en cailloux de Petit Poucet : Olivier Rolin revisite le monde qu’il a exploré naguère, son monde à la cartographie singulière, avec un Soudan plus grand que l’Inde, New York insignifiant en regard de Kaboul. Et la Russie, partout.
 


Si les premières pages peuvent laisser craindre un ressassement de grand-écrivain-voyageur-qui-revient-sur-ses-pas, on est vite rassueré, parce que là n’est vraiment pas le propos.

Ni livre de mémoires, ni collier de souvenirs, c’est une pérégrination éclairée par la grâce de l’écriture, où le chemin se dessine sans hâte avec des digressions, des pas de côté et des haltes rêveuses, nichées dans de longues parenthèses évocatrices et pleines d’autodérision.

Une relecture qui interroge le regard, la mémoire et leurs incertitudes, en compagnie du Victor Hugo de Choses vues, de Marcel Proust, Georges Perec ou Jorge Luis Borges avec lequel il conte drôlement un rendez-vous manqué.

« Voir, apprendre à voir, c’est l’ABC du métier d’écrivain », écrit Rolin en rappelant l’injonction de Jules Verne citée par Perec en exergue de La Vie mode d’emploi : « Regarde, de tous tes yeux, regarde! ».

Mais « un écrivain ne voit vraiment que lorsqu’il a trouvé les mots pour dire ce qu’il voit ». Rolin nous emmène au plus près de l’essence du travail d’écrivain : trouver les mots « qui épingleront non pas “le réel” mais l’impression qu’il vous fait » et permettront à celle-ci, longtemps après, de se rouvrir « un peu fanée, mais là, cependant ».

Un artisanat pour lequel il emprunte à Walter Benjamin la métaphore du métal repoussé, ces mots qui viennent et « frappent le réel à petits coups de marteau jusqu’à ce qu’ils aient gravé l’image sur lui comme sur un plateau de cuivre ». Il parvient à nous faire goûter exactement un après-midi de bonheur, même s’il n’en retrouve plus exactement le lieu au long d’un rivage aimé.
 
Incapable de « trouver, ailleurs que dans la mémoire, un lieu qui serait «chez moi » », il voit ressurgir des noms oubliés : « le temps qui altère les lieux, les visages, ménage des caches où les mots se terrent pour ressortir un jour, intacts. Comme des capsules de vie éternelle ».

Au fil des pages, il nous délecte aussi d’histoires de mammouths, de bibliothèques ou cafés lointains ou d’une superbe ode à l’eau – en citant Michaux : « L’âme adore nager ». Il psalmodie les litanies des amours manquées, des amis morts, des rencontres oubliées.

Des centaines de visages croisés grâce auxquels partout où il est passé, une part de lui continue de vivre - ou meurt.
 
Laure Amblesec
 
Olivier Rolin – Extérieur monde – Gallimard – 9782072844942 – 20 €


Commentaires
j'ai eu l'occasion d'assister a un de ses débats littéraires, ce grands reporter de la guerre des iles Malouines,grâce a ses pérégrinations surtout en Amérique latine et en Argentine plus particulièrement; il s'est converti en écrivain chevronné et nous offrir de beaux romans son dernier dont il avait parlé était " le métrologue"
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Gallimard
Genre : biographies et...
Total pages : 304
Traducteur :
ISBN : 9782072844942

Extérieur monde

de Olivier Rolin

Bigarré, vertigineux, toujours surprenant, tel demeure le monde aux yeux de qui en est curieux:Pas mondialisé, en dépit de tout. Venu du profond de l'enfance, le désir de le voir me tient toujours, écrire naît de là. Chacun des noms qui constellent les cartes m'adresse une invitation personnelle. Ce livre est un voyage à travers mes voyages. Digressions, zigzags, la mémoire vagabonde. Visages, voix, paysages composent un atlas subjectif, désordonné, passionné. Le tragique, guerres, catastrophes, voisine avec des anecdotes minuscules. Des femmes passent, des lectures. Si j'apparais au fil de cette géographie rêveuse, c'est parce que l'usage du monde ne cesse de me former, que ma vie est tressée de toutes celles que j'ai rencontrées.O. R.

J'achète ce livre grand format à 20.00 €