D'une polémique l'autre : la célébration de Céline

Les ensablés - 21.01.2011

Livre


Ah, on ne peut pas s'empêcher de mettre son grain de sel lorsqu'on se sent concerné. Et quand on me parle de Céline... Céline est un sujet récurrent de l'actualité. On ne sait trop comment se tenir devant lui. J'apprends que Serge Klarsfeld s'est offusqué de la "célébration" du cinquantième anniversaire de la mort de Céline, au motif que la République ne pouvait célébrer (mais que signifie, d'ailleurs, célébrer) un écrivain capable d'avoir écrit "Bagatelles pour un massacre". Et c'est vrai que ce torchon, écrit en 36, que je n'ai pas lu et ne veux pas lire, gêne tout homme digne de ce nom, pour qui la Shoah demeure le crime ultime, et qui considère que les mots peuvent parfois peser autant que les actes. D'un autre côté, Céline n'est pas n'importe qui... Il est l'auteur du Voyage... Et même M. Klarsfeld a dit avoir été émerveillé par sa lecture. Comment résoudre le dilemme, sinon par la logique? 1/ Si la célébration de Céline doit être interdite alors interdisons aussi la célébration des écrivains qui ont soutenu des idées monstrueuses et indéfendables, défendu des dictateurs, justifié des purges etc. Ce qui fera beaucoup d'écrivains. Aragon, auteur d'Aurélien, du voyageur de l'impériale, et de tant d'autres oeuvres majeures, mais stalinien jusqu'où bout malgré les révélations des crimes communistes. Et puis Sartre, et tant d'autres... S'il existait une association défendant les victimes des communistes, nul doute qu'il y aurait, pour ces auteurs, des protestations identiques à celles de M. Karlsfeld contre Céline. Il me semble donc que le traitement doit être le même pour tous, et qu'il faut célébrer la mort de Céline, en précisant bien ce qu'on célèbre: une oeuvre extraordinaire. 2/ Céline est la preuve que Proust a raison lorsqu'il affirme que l'oeuvre doit être dissociée de l'auteur. D'un côté, le Voyage est d'une humanité rarement atteinte par le livre. C'est une oeuvre "toxique" (pour reprendre l'expression de Laurent Jouannaud dans son livre éponyme), en ce sens qu'elle détruit certaines illusions, empêche un optimisme béat, mais elle est indispensable à la recherche de la vérité. Et pour cela soyons reconnaissants à Céline. De l'autre côté, un dément antisémite, d'une violence verbale extrême, un malin qui a su pendant la guerre n'être pas aussi voyant que Brasillach, et fuir au bon moment... Aucun rapport entre l'oeuvre et l'homme. J'ai cette faiblesse de penser, néanmoins, que Céline était plus ou moins fou, qu'il n'était pas tout à fait responsable de ses mots. On ne le saura jamais vraiment. C'est que je souhaite, en tout cas, tant il est difficile d'appliquer à la lettre la théorie proustienne de la dissociation... Hervé BEL


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.