Alice Coffin, une Lesbienne d’Intérêt Général

Auteur invité - 03.12.2020

Livre - Le genie lesbien - Alice Coffin - Grasset


RÉCIT - La terreur des plateaux télés, celle qui ose se lever et se casser, celle qui, à elle seule, fait trembler les pères de famille hétéros et terrasse les homophobes de tous poils : état des lieux de l’essai le plus polémique de la rentrée, Le Génie Lesbien, d’Alice Coffin, publié le 30 septembre dernier aux éditions Grasset. Chronique réalisée par une lesbienne, d’après l’ouvrage d’une lesbienne, pour les lesbiennes (et les autres).
 
 
Le Génie Lesbien raconte l’histoire d’Alice Coffin, ancienne journaliste « lesbienne féministe et militante », et de tous ses combats. Pour l’accès au mariage entre couples homosexuel-les et à la PMA pour toutes les femmes, dans une démocratie sexiste et lesbophobe ; pour la fin de l’entre-soi masculin dans toutes les strates de la société française, chez les patrons du CAC40 comme dans les espaces de décisions républicains ; pour une meilleure représentation de la communauté LGBT dans les rédactions, les médias, les gouvernements. Seule ou au sein de collectifs féministes, pour tous ces combats et pour tant d’autres encore, car c’est bien là la quintessence suprême du génie lesbien : notre existence-même est un formidable combat, flamboyant et permanent.
 

Nourrir le feu militant



Ce livre s’ajoute à la longue liste des grandes lectures théoriques de la culture lesbienne, à mettre entre les mains de toutes, que vous ayez été bénie par le lesbianisme ou pas. Avec humour et le sens du bon mot, j’ai eu l’impression en lisant d’assister à une fervente discussion sur notre expérience de vie, notre contre-culture et nos combats, déclamée avec passion et ardeur comme seules les lesbiennes savent le faire. L’autrice, au fil du récit de sa carrière militante, dissémine des rappels importants de l’histoire de nos luttes, de l’accès à nos droits, à exister simplement. Le devoir de mémoire nous concerne aussi. Comme bien d’autres récits poignants (notamment Stone Butch Blues de Leslie Feinberg, aux éditions Hystériques et Associées), lorsque j’en apprends sur l’histoire des lesbiennes, sur ce matrimoine constamment effacé par le ressac implacable de l’ordre patriarcal, ça me laisse un goût amer. 
 
J’aurais évité quelques années de souffrance et de questionnements si j’avais eu accès à ces textes il y a 10 ans. Combien de destins gouines ont été soigneusement gommés ? Aujourd’hui encore, combien d’entre nous se contentent simplement de survivre ou d’exister à moitié dans cette société cishétéronormée, faute de cadres bienveillants, de role models et d’informations, lorsque l’on n’a pas accès à des ressources matérielles ou aux réseaux sociaux ? Ces constats ont au moins le mérite de faire crépiter davantage la flamme éternelle de mon militantisme et celles de mes camarades, vibrants à l’unisson comme un brasier géant.

Essai court et percutant, l’autrice s’assume pleinement comme l’actrice principale de ses propres luttes. C’est si rare et agréable à lire de voir écrit « moi » et «je », là où les femmes ont tendance à s’effacer souvent derrière le « nous » du collectif. Je n’avais pas pris conscience avant ce livre de toutes les spécificités françaises de l’homophobie ordinaire : celle que l’on ne remarque plus, ou que l’on ne prend plus la peine de relever. Alice Coffin nous livre des tutoriels de ses batailles : s’outiller pour mieux lutter, à son échelle, à son niveau, dans son cercle amical ou familial, au travail ou à l’université.
   

Mise en abyme


J’ai suivi les conseils d’Alice Coffin et je me suis permise de réaliser un léger travail de journalisme média pour cet ouvrage. En tant qu’ancienne Journaliste Jeune, adoubée en 2012 par l’association Jets d’encre, cela ne devrait pas être trop difficile.
 
L’abondance de presse négative est à niveau égal avec l’utilité publique de cet essai : beaucoup trop important. Certains médias y sont allés de leur raillerie : « Le Génie de la Haine » chez Charlie Hebdo, « le manifeste anti-hommes de l'activiste féministe radicale Alice Coffin » chez Valeurs Actuelles, « Alice Coffin et son livre Le génie lesbien sont sans véritable intérêt » chez Causeur, « Alice Coffin, branchée sur sectaire » chez ParisMatch... D’autres ont joué le jeu de lire réellement le livre avant de publier une chronique, comme c’est le cas des médias déjà militants comme Causette, Médiapart, Madmoizelle. Trop de médias ont repris une citation tronquée de son livre, faisant croire à un appel au génocide masculin, actionnant ainsi la machine macabre du cyberharcèlement qui s’abattra sur l’autrice pendant de longues semaines, jusqu’à avoir besoin d’une présence policière.
 
Quelle qu’elle soit, chaque pierre à l’édifice est importante. Je suis pleine de reconnaissance à Alice Coffin, pour ce pavé qu’elle a jeté dans la mare, comme tant de femmes avant elle. Pour ma part, j’espère avec ce simple article vous avoir donné envie de réfléchir autrement les luttes féministes et celles pour les droits de la communauté LGBT.
 
Et de venir rejoindre la fête.
Léa Haurie-Hontas



Alice Coffin - Le génie lesbien - Grasset - 9782246821779 - 19 €


Commentaires
Non, Alice Coffin ne fait pas "trembler les pères de famille hétéros et terrasse les homophobes de tous poils". Quelle prétention! Elle ne terrasse personne.

Et qu'avez-vous contre les pères de famille hétéros? Pourquoi tant de racisme? Et les femmes dans tous ça? Sont-elles censées devenir toutes lesbiennes? Navrant et ridicule.
Ce livre et cet article révèlent l'entrisme militant LGBT dans le milieu du livre. Aucune nuance, simplisme puéril et immense narcissisme. Bienvenue dans le monde régressif de Peter Pan.
Un Peter Pan particulièrement agressif et totalitaire...
Des féministes lesbiennes ne pratiquent pas ce séparatisme agressif...

Il n'est pas question que de patriarcat ni d'hommes blancs hétéros (qui ont encore le droit de l'être, espérons-le...).

Comme Caroline Fourest qui a désavoué la démarche d'Alice Coffin.

Et si on n'a plus le droit d'émettre des critiques vis-à-vis d'un livre ou d'une pensée à relents totalitaires à cause de cyberharcèlements qui pourraient s'ensuivre, autant renoncer à toute idée de démocratie.

Certains extraits littéraux et lisibles par tout le monde, dans l'essai de Coffin, ne laissent aucune place à l'ambiguïté.

Une vraie «fête» est exempte de cette hostilité revancharde, de ces oppositions systématiques entre les sexes.

Une vraie fête est inclusive et non excluante.

Vive le vrai féminisme non régressif: l'attitude d'Alice Coffin ne mène à rien.

Rien de bon en tout cas.

J'en suis intimement persuadé et de nombreuses femmes également.

CHRISTIAN NAUWELAERS

CHRISTIAN NAUWELAERS
Je précise -j'avais oublié -que je désapprouve le cyberharcèlement qui est abject et méprisable.

Contre un homme ou une femme (ou trans), hétéro ou homo et quelles que soient les convictions de la personne harcelée.

Donc je désapprouve tout autant le négativisme calamiteux (et pas du tout festif) de Mme Coffin que le cyberharcèlement dont elle a été victime.

On doit pratiquer la culture du débat et de la discussion libre.

Clouer des gens au pilori numérique, c'est à vomir, sans «oui mais».

Que la parole se libère, oui: mais pas n'importe comment.

Un minimum de décence tout de même...

CHRISTIAN NAUWELAERS
Un énième article pro-LGBT sur Actualitté... Décidément, il va falloir pense à renommer le site.
Bonjour

Encore un vaillant commentaire dont nous vous remercions, manifestement soucieux de nous aider anonymement à améliorer notre travail.

Soyez remercié de votre courage !
Je ne comprends pas très bien cette attaque envers l'anonymat. Êtes-vous au courant des pressions que subissent les auteurs ? Si un auteur dévoilait des pensées non politiquement correctes, croyez-vous une seconde qu'il pourrait encore publier en France ? Tout le monde n'a pas l'assise financière d'une JK Rowling ! Regardez les blogs d'auteurs : seuls ceux de gauche ose donner leurs opinions... Ça ne vous interpelle pas ?

L'anonymat est la base de la sécurité d'un individu, dans un état où la liberté de pensée n'est plus assurée. Vous gagneriez (du moins, je le pense) à répondre sur le fond, car l'attaque se base sur quelque chose de vraiment concret : il y a pléthore d'articles sur Actualitté avec comme fonds le LGBTisme. Alors, soit il s'agit d'un parti pris officiel, et il serait honnête de l'afficher, soit il s'agit d'une dérive et... à vous de voir...
Bonjour

Nous avons pris le parti de publier tout commentaire ne contenant aucune violence, menace ou incitation à la haine. Les réactions que suscitent les articles ne nous appartiennent pas : nous en vérifions le contenu avant leur mise en ligne.

Que des attaques nous ciblent sur une ligne éditoriale qu’on nous prête (et qui resterait encore à vérifier : il y a pléthore d’articles sur ActuaLitté sur une infinité de sujets…) implique alors que l’on réponde. Sur le fonds, il n’y a rien à dire : nous publions sur tous types de thèmes. Les partis pris qu’on nous prête reflètent à ce titre moins nos propres convictions que les égarements de commentateurs.

Que des intervenants aient peur d’afficher leurs attaques à visage découvert n’est pas de notre fait. Et nos adresses email sont publiques pour qui souhaiterait véritablement avoir un échange sur ces points. En revanche, souligner le courage d’Anne O’Nyme montre simplement que l’intervention relève plus de l’attaque gratuite que du désir de comprendre.

Excellente journée.
Il faut bien vous reconnaître une immense qualité, c'est bien de ne pas filtrer les messages... C'est tout à votre honneur.

Félicitations (d'un anonyme malgré tout).
Il faut bien reconnaître, en toute objectivité, qu'il y a pléthore d'articles LGBT sur ActuaLitté : si ce n'est pas une ligne éditoriale, qu'est-ce donc?
Bonjour

pléthore sur les 12 années d'archives, encore faudrait-il le quantifier avant d'évoquer une quelconque forme d'objectivité : je vous aide. Quelques 200 articles font état de sujets liés, sur plus de 15.000. Pléthore ? Avez-vous une définition du terme qui serait en adéquation ?

Ensuite, "si ce n'est pas une ligne éditoriale, qu'est-ce donc ?"

Réponse simple : des sujets d'actualité, traités et pris en considération comme d'autres.
Vous avez toujours raison et êtes plutôt désagréable.



Je ne sais pas comment vous comptez vos archives. Et si vous tenez aussi compte des publicités et autre compte-rendus.

Le sujet reste surreprésenté - par rapport, si vous aimez les chiffres - à la part de population représentée, et à son importance pour le livre..



ET nous en sommes gavés. (Cela finit par être contre-productif pour la cause, du reste)

C'est comme dans Le Monde. La comparaison s'arrête là. Ainsi que mes contributions à ce débat stérile.
Ce "nous" gavés (belle oie, c'est la période), est certainement un pluriel de majesté.

Excellente fin de journée alors, Votre Altesse, et merci de vos contributions.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.