medias

Lecture numérique : la France connait une embellie

Nicolas Gary - 31.03.2020

Lecture numérique - Acteurs numériques - kobo ebooks France - lecteurs librairie livres - ebooks lecture confinement


Toute l’attention et l’action des éditeurs se sont reportées vers les livres numériques. Seul secteur à pouvoir garantir une distribution et une commercialisation sans risque, le pan numérique se développe. À ce titre, le libraire Kobo enregistre des résultats impressionnants, suite à une campagne de communication totalement improvisée.

Kobo Aura One
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Tout est parti, analyse-t-on, de billets de blogs, de messages sur les réseaux sociaux : « Les internautes ont découvert l’offre de livres gratuits sur Fnac.com et ont diffusé l’information. » Au point que rapidement, la presse s’est emparée du sujet, alors même que les éditeurs commençaient des partages d’œuvres, dans leur intégralité et librement.

Or, c’est le moment que Fnac a choisi pour refondre sa page, pour faciliter l’accès aux ouvrages numériques libres de droits. De quoi provoquer un afflux colossal chez le partenaire qui anime Kobo by Fnac.

Or, la semaine dernière, en France, en Italie et en Espagne, trois des pays européens les plus touchés, Rakuten Kobo a constaté une augmentation de 200 à 300 % des volumes moyens de lecture par rapport à la semaine précédente seulement.

Sur le seul territoire français, quelques éléments sont précisés : plus d’un million d’ebooks gratuits téléchargés en seulement 24 heures et plus de trois millions en 72 h. L’activité autour de la lecture sur une journée serait d’ailleurs cinq fois supérieure à celle enregistrée cinq jours plus tôt.

Et pour les utilisateurs de liseuses ou de l’application, le temps consacré à la lecture a augmenté de 100 % sur l’ensemble des appareils.

Dans le même temps, Kobo s’est inscrit dans le mouvement des éditeurs, et de leurs offres promotionnelles — titres gratuits ou à prix réduits. La campagne Je reste chez moi et je lis, déployée en six langues par Kobo, chercher ainsi à apporter plus de matière pour les prochains temps. « En cette période particulière, Kobo et les éditeurs se mettent en quatre pour vous permettre de lire les meilleurs livres à prix doux », assure le libraire.

D’autres acteurs, comme le service d’abonnement Youboox font également état de hausse des usages et du nombre d’inscriptions à sa plateforme – multipliant par quatre les nouveaux abonnés en regard de 2019.


Commentaires
Parlons un peu des œuvre numériques et pourquoi elles ne décollent pas...

Une œuvre papier, c'est un auteur (dont on sait qu'il ne compte pas... ou si peu qu'il se taille une part négligeable des revenus de l'ouvrage), un éditeur (qui est le seul à prendre un risque financier : il faut être juste), un diffuseur, un distributeur et un libraire... soit grosso modo 20% pour chaque intervenant (c'est faux, mais c'est l'idée... En vrai, l'auteur est un cocu, mais c'est une autre histoire...).

Maintenant, un livre numérique, c'est un auteur (le même qu'en haut) et un éditeur. C'est tout. Il faut ajouter le serveur pour distribuer l'œuvre, mais même pour un énorme éditeur qui diffuserait des millions de livres numériques, c'est un coût négligeable.

Question poil à gratter : pourquoi une œuvre numérique coûte-elle presque aussi chère qu'une œuvre papier, alors même que tous les coûts fixes disparaissent (plus d'imprimeur, le gros coût de l'imprimeur... et les autres acteurs n'existent plus). Attention, la conversion au format epub ne coûte rien...

Notez que de dans ce prix, les gains de l'auteur augmente à peine...

On note donc que le prix est artificiellement exagéré par l'éditeur, au détriment de l'auteur et du lecteur qui paie un électron au prix du papier (sans le plaisir de tourner les pages).

Vous voulez que le numérique explose ? Vendez le prix au prix réel (25% du prix papier maximum) avec 50% pour l'auteur...

Oups... j'ai dit un gros mot là !
Passe encore: "le grain" de l'auteur augmente à peine, mais "les gains" de l'auteur

"augmente" à peine, ça chatouille, cher Poil à gratter.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.