Google devient le Uber du livre audio avec ses narrateurs de synthèse

Nicolas Gary - 09.12.2020

Lecture numérique - Audiolivre - Google livres audio - lecture synthèse audiolivre - Google éditeurs partenariat


Voilà désormais 10 ans que Google Play Books offre ses services à qui souhaite y souscrire. Si cette librairie numérique reste très discrète – moribonde diront les mauvaises langues – le commerce n’en demeure pas moins réel. Dix années, certes, mais toujours des innovations à même de faire hurler les éditeurs…



C’est en 2012 que Google Play Books reçut son nom de baptême officiellement utilisé, et il fallut attendre six années pour que les livres audios n’arrivent. Relai de croissance significatif aujourd’hui, pour l’industrie américaine du livre, ce format suscite encore quelques doutes — notamment du fait des coûts de production liés. 
 
Chose amusante, si Google s’empresse de célébrer les dix années de son service, quelques territoires restent oubliés : il suffit de cliquer sur le lien pour aboutir à une page 404. Quelques contraintes territoriales qui pèsent — ou bien le top des meilleures ventes est-il si faible qu’il n’est accessible qu’aux utilisateurs des États-Unis ?
 


Qu’importe à vrai dire : les éditeurs n’auront pas le temps de partir à la recherche de cette arche de visibilité perdue, qu’ils devront faire face à une nouvelle initiative du géant américain. Grâce aux avancées de la synthèse vocale, cumulée aux options que prodigue l’intelligence artificielle, Google Play Books proposera prochainement une solution de lecture… pour les livres numériques.
 

Android, un narrateur ad hoc


En effet, les éditeurs du Royaume-Uni et des États-Unis disposeront d’une solution par laquelle des narrateurs de synthèse liront automatiquement le contenu d’un livre numérique. Une pareille technique existe depuis des années chez Amazon, avec la fonctionnalité Text-to-Speech, qui avait fait couler beaucoup d’encre. 

Avec TTS, le marché du livre audio se trouvait diminué — pour ne pas dire cannibalisé selon le jugement des industriels — avec une concurrence déloyale, autant qu’une contrefaçon flagrante. Et voici que Google, avec un bon train de retard, décide d’officialiser une option similaire, destinée à Android.




La méthode s’appelle, modestement, Google Magic, et proposera donc plusieurs narrateurs, pour transformer les livres numériques en livres lus. Ainsi, promet GPB, « les auteurs et éditeurs dont le brillant travail pourrait autrement ne jamais quitter une étagère » seront auto-racontés. 
 

Les éditeurs avec Google


Amazon, et sa filiale Audible avaient fait scandale en milieu d’année 2019, avec une tout autre approche : Audible Captions proposait un procédé renversant, par lequel tout livre audio allait être automatiquement sous-titré de sorte que l’on puisse lire durant son écoute. Et bien entendu, sans l'accord des ayants droit. Levée de boucliers massive chez les éditeurs et menace de procès. Il aura fallu un accord resté secret pour que l’affaire prenne fin… en février 2020. 

La grande différence entre les assauts d’Amazon et le projet de Google réside cependant dans une petite phrase. « Désormais, Google Play, en collaboration avec des éditeurs des États-Unis et du Royaume-Uni, utilisera des narrateurs générés automatiquement pour que les livres sans version audio puissent être racontés. Ce qui signifie que vous disposerez de plus de titres audio dans le Play Store. »

La création d’audiolivres ubérisée, à travers l’intelligence artificielle ? Le principe ne manque pas d’audace, la réalisation pourrait rencontrer moins de succès. En tout cas, la version bêta est en cours, mais un déploiement auprès de tous les éditeurs (partenaires volontaires ou partenaires embarqués ?) s’effectuera début 2021. 


Commentaires
Bonjour Nicolas,

Je ne comprends pas le sens de votre article. Il y a deux choses distinctes, pas forcément liés. D'un côté un service moribond (dîtes-vous) et de l'autre un nouveau service qui lie une nouvelle technologie avec un vieux fond de commerce médiocre (le « text-to-speech » est vieux presque comme l'informatique et a toujours été assez médiocre).

Lier une nouvelle techno comme l'IA avec la lecture automatisée peut donner de très bons résultats. Il faudra tester pour s'en rendre compte. Ce serait une avancée majeure, car effectivement, ça ouvrirait potentiellement tous les livres à un accès audio, qui a l'air de se développer (et vous pourriez faire un article sur les raisons pour lesquelles ce genre prend racine).

Le seul véritable malheur serait pour les artistes qui prêtent (sic) leur voix à la création de livres audio. Ils vont perdre leur boulot. Mais c'est malheureusement le lot de tous ceux que la technique remplace (ou bien qui ne sont pas capables de s'adapter aux nouvelles technologies, comme bien des libraires ou des éditeurs).

Maintenant, est-ce qu'une IA pourrait avoir le talent d'un Luchini ? J'en doute, mais ce serait sans doute un défi de plus pour l'IA...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.