Genario : l'application qui accompagne les auteurs dans l'écriture

Clément Solym - 01.12.2020

Lecture numérique - Applications - application Genario écrivains - outils analyse écriture - Genario livres écriture


Au croisement de deux champs de compétences, voici Genario, une application qui se présente comme « faite par et pour les écrivains ». Cette solution accompagne dans l’écriture, à travers différentes fonctionnalités. Cette idée originale est portée par David Defendi, écrivain et Louis Manhès, ingénieur.


 

Genario se présente sous une triple forme : la première est celle d’un dictionnaire intelligent. « Il vous permet de travailler vos phrases comme un orfèvre ses diamants, de plonger dans des milliers de mots pour trouver votre style, votre rythme, votre musique », indique ses concepteurs.

Le principe est simple : éviter les répétitions dans son texte, en travaillant d’un autre côté à l’enrichissement par un système de synonymes.





L’autre outil se centre sur la data et l’analyse même du texte. « Genario met à votre disposition des dictionnaires, des tableaux pour analyser votre récit, les trajectoires de vos personnages, leurs émotions, leurs interactions. »

Ainsi, on peut à partir d’un protagoniste établir un faisceau de relations et d’échanges en quantifiant ces derniers.
 


La dernière pierre est la bibliothèque : cette dernière s’appuie sur plusieurs milliers de romans, tous dans le domaine public. Ils permettront de se replonger dans les oeuvres pour « mieux comprendre leur architecture ». Et pourquoi pas, pour ses propres écrits, s’en inspirer ? 

En tout, 2500 chefs d’oeuvres à parcourir. Un lancement privé vient d'être programmé, on en saura plus par la suite.


Commentaires
Du flan !
Sur le coup, je me suis dit "chic alors" puis j'ai réalisé : et les émotions, on en fait quoi ? De plus, j'ai toujours travaillé ainsi, de manière empirique certes, mais sans application. Je peux donc confirmer que la démarche de recherche est très intéressante. C’est pourquoi elle figure dans nos formations.

Dans un sourire je répondrais, non ce n’est pas du flan, mais ce n’est pas non plus du gâteau, juste du pain…

grin
Un des auteur est le producteur de Plus Belle la Vie... Question contre-pub : on peut difficilement mieux faire...

Bravo : j'ai bien rigolé en tout cas !
Et oui ! Nous les obscurs, les sans-grades, les auteurs autoédités (plus de 30 livres en mon nom et une bonne vingtaine pour mes clients !), bref les invisibles… on nous entend beaucoup moins et on rame beaucoup plus.

Revenant sur ce genario je me suis quand même interrogée. Outre les émotions déjà évoquées plus hauts, où passe la création ? Le bonheur de la création ? La grossesse du livre que l’on porte et bichonne. La larme que l’on verse en écrivant un chapitre particulièrement fort… En clair, le bonheur d’écrire !!! Plaisir tellement jouissif que seuls de vrais écrivaient peuvent le vivre ! Car eux, ils écrivent aussi… avec leurs trippes !

Alors m’est venue une idée : on pourrait peut-être inventer des livres prêts à l’emploi. On choisirait un thème puis on obtiendrait un texte à trous : nous n’aurions plus qu’à combler les cases… Ou bien comme en cuisine, un robot dans lequel on jetterait tous les ingrédients et qui nous sortirait un texte prêt à imprimer…Comme on dit à La Réunion : le moun’lé fou !

Ce qui n’est pas sans rappeler un certain auteur à succès, TRES GROS SUCCES qui faisait écrire ses livres par une douzaine de nègres et ensuite reliaient tous les chapitres entre eux puis signait… wink
Dans un message exaltant l'écriture, il est gênant de trouver des fautes d'orthographe et de grammaire, sans parler de la syntaxe :

- " plus hauts " au lieu de " plus haut "

- " trippes " au lieu de " tripes "

- " reliaient " au lieu de " reliait "

- " on nous entend beaucoup moins et on rame beaucoup plus " qui me rappelle la savoureuse - car délibérée - faute de syntaxe de Renaud dans sa chanson " Le retour de la Pépette " : " Alors elle va s'manger une pizza / Au jambon et au centre commercial "
« Alors elle va s'manger une pizza / Au jambon et au centre commercial " »

Ce n'est pas une faute, mais un zeugma... On peut en faire beaucoup, et c'est très drôle !
Merci de votre remarque : j'avoue que, sans prendre le zeugma pour un homme, je ne connaissais ni le terme ni cette figure de style. Du coup, me suis donc renseigné quelque peu : je m'endormirai moins ignorant… en espérant retenir cela.



Merci encore !



Cordialement,



PS : je ne suis pas certain que le zeugma était connu ou voulu dans le message que je commentai, peut-être peu charitablement



PPS : en tout cas, je suis d'accord avec vous, un zeugma peut être très cocasse et provoquer le rire par son côté inattendu ; si ma mémoire est bonne, Bergson y voyait un motif classique du rire
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.