“Une histoire pour toi” : 25.000 livres distribués

Dépêche - 25.11.2020

Edition - salon livre jeunesse - Capucine Marie Desplechin - Seine Saint Denis


Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine–Saint-Denis, Pascale Labbé, Conseillère départementale du canton de Bobigny, Sylvie Vassallo, Directrice du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine–Saint-Denis (SLPJ93), et Marie Desplechin, écrivaine, distinguée La Grande Ourse du Salon 2020, ont lancé mercredi 25 novembre au collège République de Bobigny l’opération «Une histoire pour toi».




 

Imaginée dans le cadre de la 36e édition du SLPJ93, cette initiative permettra de distribuer 25.000 livres aux collégiennes et collégiens, ainsi qu’à des enfants de l’Aide sociale à l’enfance de la Seine-Saint-Denis. Une initiative qui vient également soutenir les librairies indépendantes du territoire.


Face au contexte sanitaire, le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine–Saint-Denis, qui se tiendra du 2 au 7 décembre prochains, s’adapte. Aussi, pour permettre aux enfants et aux jeunes du territoire d’en profiter, le SLPJ93 et le Département de la Seine–Saint-Denis ont décidé, dans le cadre de leur partenariat historique, de lancer l’opération commune «Une histoire pour toi».

D’ici la fin du Salon, ce seront ainsi 25
000 livres qui seront distribués aux élèves de 5e et aux élèves des classes ULIS des 130 collèges publics de la Seine–Saint-Denis, ainsi qu’à des enfants et jeunes pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance.

 

JEUNESSE: La grande ourse attribué à Marie Desplechin


Ces ouvrages, tous dédicacés, mettront à l’honneur les autrices et auteurs invités au programme de cette année, parmi lesquels l’écrivaine Marie Desplechin, désignée «Grande Ourse 2020», autrice de plus d’une centaine de livres, notamment pour enfants. Présente aux côtés de Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine–Saint-Denis, et de Sylvie Vassallo, Directrice du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine–Saint-Denis (SLPJ93), Marie Desplechin a échangé, ce mercredi 25 novembre, avec les élèves de la classe de 5e SEGPA du collège République à Bobigny, autour des ouvrages offerts dans le cadre de cette initiative.


Cette opération permet par ailleurs de soutenir les autrices et auteurs de la littérature jeunesse, mais aussi l’ensemble du secteur, notamment au niveau local. Les 25.000 livres sont ainsi achetés par le Salon auprès de 17 librairies des réseaux de librairies indépendantes de la Seine–Saint-Denis.


«Compte tenu du contexte actuel, il nous semblait essentiel de rappeler et d’adapter le soutien du Département au Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine–Saint-Denis. Grâce à l’opération Une histoire pour toi nous allons ainsi maintenir le lien particulier entre le Salon, la littérature et les jeunes de la Seine–Saint-Denis, mais aussi aider les librairies indépendantes du département, durement éprouvées par le confinement», indique Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine–Saint-Denis.
 

Une héroïne à découvrir


«En pleine crise, il n’était pas imaginable de faire l’impasse sur ce que le Salon du livre de jeunesse apporte d’essentiel aux enfants et aux jeunes de la Seine–Saint-Denis, la découverte du pouvoir des livres, de la littérature», ajoute Sylvie Vassallo, Directrice du Salon du Livre et de la presse jeunesse en Seine–Saint-Denis.

«Car cette découverte qui se fait avec la rencontre des autrices et des auteurs au Salon, en direct ou à travers leurs histoires, est absolument nécessaire pour construire et nourrir son imaginaire. Et avoir un imaginaire puissant est encore plus décisif en période de crise. CQFD.»
 

Marie Desplechin, romancière, assure de tout son plaisir à revenir à Bobigny pour présenter cette œuvre. «Je pense que La Capucine n’est pas un livre facile à lire pour des cinquièmes. Mais avec l’aide de leurs professeurs, ils peuvent sûrement apprécier l’histoire et certains passages. J’aimerais qu’ils s’intéressent à l’aventure de Louise, qu’ils aiment son courage et sa résistance, et qu’ils soient curieux et fiers de l’histoire de leur ville.»

Et de conclure : «
À leur place, je serais vraiment heureuse qu’on m’offre un livre. C’est un cadeau qu’on garde. Si on ne le lit pas tout de suite, on peut le découvrir plus tard. Et il y a beaucoup de plaisir à en attendre. Il n’y a pas de meilleur ami qu’un livre qu’on aime.»

crédit photo : 
Thesupermat CC BY SA 4.0




Commentaires
« Je pense que La Capucine n’est pas un livre facile à lire pour des cinquièmes. Mais avec l’aide de leurs professeurs, ils peuvent sûrement apprécier l’histoire et certains passages. »

Doux rêve... Après avoir fait des ateliers d'écriture en classe de 4e, je pense qu'il est complètement utopique de croire qu'ils en seront capables.

Le niveau au collège est devenu si catastrophique que trois élèves sur quatre savent à peine lire et ne comprends pas un texte élémentaire. Et quand j'écris trois sur quatre, c'est pour être gentil.

Alors filer 25 000 livres en vrac et sans discernement dans le 93, c'est les envoyer à la poubelle dans le meilleur des cas.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.