Manifestation : pour Angoulême 2020, les auteurs de BD débrayent

Nicolas Gary - 21.01.2020

Manga/BD/comics - Univers BD - Angouleme manifestation auteurs - débrayage auteurs bande dessinée


FIBD 2020 - Angoulême deviendra un haut lieu de la contestation sociale, dans le monde culturel. Après l’appel à une Marche en janvier 2015, pour dénoncer la réforme des retraites que portait le RAAP, un débrayage était annoncé en janvier 2016. Le décret sur la réforme était passé en catimini, et la réforme RAAP/IRCEC prenait forme. Quatre ans plus tard, le goût de la mobilisation revient. Avec celui du sang…

Marche des auteurs à Angoulême
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 - Angoulême 2015
 

On le sentait venir, gros comme une illustration sur double page géante : à l’approche du festival BD d’Angoulême, les auteurs sont à cran. Chute vertigineuse des rémunérations, problèmes d’accès aux droits sociaux, incohérences entre les textes de loi, dysfonctionnements de la transition vers l’URSSAF, retard du rapport Bruno Racine... 

La note devient salée. Et personne ne veut payer, surtout pas les éditeurs, lors des dédicaces
 

Pose ton crayon, camarade !


Plusieurs organisations professionnelles d’auteurs viennent de communiquer en même temps ce qui semble être un teaser : le SNAC BD, les États généraux de la BD, l’ADABD, la Ligue des auteurs professionnels et la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse. 

On y apprend que parmi d’autres actions, un débrayage sera organisé vendredi 31 janvier à 16h30. Les auteurs et autrices sont invités à quitter les dédicaces pour se rassembler. Des informations plus précises seraient données lundi prochain. 

Depuis des semaines sur les réseaux sociaux, les auteurs demandaient à leurs syndicats de se mobiliser. Les réponses actuelles du gouvernement ne sont pas à la hauteur des attentes, et la situation sociale et économique se dégrade de plus en plus. 


 

L’intervention de Marion Montaigne sur France Inter récemment a marqué les esprits : la célèbre dessinatrice disait très clairement à Franck Riester de venir avec le rapport Bruno Racine, ou de ne pas venir du tout.
 

Cette année, on veut aller au festival en lisant le rapport Racine dans le train. On veut que le ministre le retrouve et le libère. On ne veut pas qu’on finisse par croire que cette année de la BD n’était qu’un soutien industriel, plutôt qu’une véritable réflexion sur les conditions de la création et la situation des auteurs.



Tout le monde se souvient des dernières mobilisations : #Payetonauteur bien sûr face à Livre Paris, qui avait fait plier le SNE en 5 jours, Plume pas mon auteur au Salon jeunesse de Montreuil avait déclenché la compensation de la CSG pour les artistes-auteurs.

Ou encore l’enterrement du livre de demain au pied du Ministère, suite auquel l’ancienne ministre Françoise Nyssen semblait avoir pris conscience de l’ampleur du chantier artistes-auteurs.

Que nous réservent les auteurs cette fois-ci ?

Dossier : Le FIBD 2020, célébrer et défendre la bande dessinée


Commentaires
Combien touche les auteurs étrangers (du Manga et du Comics) sur un livre vendu en France (en pourcentage) ?
TOTAL SOUTIEN
Tout le soutien aux artistes!
La Bande dessinée est l'incontournable Art de notre époque. Il raconte l'histoire passée presente et futurs.Fictions,documents,redoutable créativité elle est devenue un PIVOT
je vais paraître désobligeant, mais cette manifestation va faire rire les éditeurs et le gouvernement...ils n'en ont déjà rien à faire du pays entier qui manifeste depuis 1 an et demi, mettent des avocats en prison, alors 300 artistes qui chantent deux heures tout en acceptant des contrats de thénardier avec les éditeurs...il n'y a pas de dignité à accepter des contrats de 4000 euros pour 120 pages. La seule chose à faire c'est d'arrêter de travailler avec eux et de monter des structures, comme les américains l'ont fait avec image comics par exemple...autrement le chantage ira toujours en faveur des "gros"
bien d'accord. Depuis toujours les auteurs scient la branche sur laquelle ils sont. Une vraie dégringolade des conditions de rémunérations du métier qu'ils ont été les premiers à accepter. Alors venir raler aujourd'hui c'est un peu tard.
Il est normal que cela soit vu entre "éditeur et auteur" dans le cadre d'un contrat librement signé entre les deux parties et en fonction de l'importance financière de l'éditeur et de la notoriété de l'auteur.

En tout état de cause ce n'est pas aux contribuables de payer!

Comme ce n'est pas à une "administration" d'imposer sa loi parisienne.

Cela du fait de l'abondement des collectivités territoriales pour qu'existe encore demain des Salons...en Province! Accepter cela est voir demain la disparition de nombreux créateurs!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.