Manga numérique : Sony investit sur Android avec Mangamo

Florent D. - 23.11.2020

Manga/BD/comics - Univers Manga - manga numérique Sony - Mangamo Sony ana - Mangamo Android smartphones


Décidément, rien n’arrêtera Sony dans le monde du manga. La firme japonaise vient d’investir dans le service d’abonnement Mangamo, qui déploie tout juste son service d’abonnement numérique. Un essai de 30 jours gratuits accompagne ce lancement pour les nouveaux entrants. Et le Sony Innovation Fund frappe un nouveau coup.


 

L’arrivée sur les smartphones Android de Mangamo n’a rien d’une anecdote : les parts de marché du système de Google représentent tout de même plus de 40 % du secteur mobile outre-Atlantique. Contre à peu près 38 % au Japon. 
 
Avec plus de 300 titres et 1000 livres avec des chapitres en nouveautés quotidiennement, Mangamo devient un opérateur qui grimpe. Pour Gen Tsuchikwa, directeur des investissements de la branche Sony Innovation Fund, il s’agit d’une nouvelle branche développée. 
 

Sony, investissseur de luxe


« Cet investissement témoigne de notre confiance et de notre enthousiasme à l’égard du rôle de Mangamo sur un marché mondial en pleine croissance pour le manga », indique-t-il. Et plus encore, parce que le volet numérique de ces parutions permet de toucher le consommateur plus directement encore.

Avec un accès mensuel de 4,99 $, pour un nombre de lectures illimité et sans publicité, Mangamo a encore des concurrents à abattre pour devenir leader. Cependant, ses titres sont des plus alléchants : Attack On Titan, Ghost in the Shell, Fairy Tail ou encore Knights of Sidonia. Bref, de la belle ouvrage, assurément. Et du best-seller, à coup sûr. 

D’autant que le service a mis en place, début 2020, sa propre ligne de mangas originaux, en adaptation un anime diffusé sur Netflix Japon : Sinks. Toutefois, le montant de l'investissement réalisé par Sony restera confidentiel...

 

Buddy Marini, fondateur et PDG de l’outil, assure que l’expansion vers Android dévoile leur stratégie : être le meilleur moyen de lire des mangas. Tout simplement. D’ailleurs, l’ADN même de Mangamo réside dans son lien avec la communauté.

« Mangamo a été créé par des fans de manga, pour des fans de manga. Notre objectif est de mettre en relation la communauté des lecteurs avec celle des créateurs. Et de proposer un service simple et abordable pour lire et découvrir des tonnes de nouveaux mangas quand vous le souhaitez, au creux de votre main », assure-t-il dans un communiqué.
 

Manga numérique, la voie royale, rêvée


Depuis début avril que le service est disponible pour iOS, la perspective se dessine : investir un marché qui représente près de 6 milliards $. Et offrir une alternative aux sites pirates, qui coûteraient en perte de revenus près de 2 milliards $ aux éditeurs du Japon, à ce jour le plus important au monde. D’ailleurs, les lecteurs japonais dépensent près de 4 milliards $ en mangas chaque année…
 
Sur le territoire américain, les données de l’Association of American Publishers indiquent que les ventes ont augmenté de 92 % depuis 2012. Près de 125 millions $ de chiffre d’affaires – et pourtant, un secteur numérique qui représente entre 10 et 15 % ds ventes de comics aux États-Unis, principalement avec comiXology (filiale d’Amazon).

Marini avait cependant fait le calcul : les 10 meilleurs sites de mangas pirates comptent près de 30 millions d’utilisateurs. En convertir ne serait-ce que 1 % représenterait une manne économique, autant qu’un retour à la légalité. Le tarif de 4,99 $ incarne cette proposition. 

« Être disponible sur Android signifie proposer des mangas à encore plus de gens dans le monde, et nous encourageons nos utilisateurs à nous faire part de leurs commentaires, afin que nous puissions hisser Mangamo au rang de meilleur moyen pour lire et découvrir des mangas », conclut le fondateur. 

En France, le manga, selon les données du SNE en 2019, représentait 72 millions € en valeur, contre 61,7 millions l’année précédente. En volume, les masses n’ont pas excessivement bougé : 22,95 millions d’exemplaires, contre 22,57 millions en 2018. De fait, « le segment du manga a également largement contribué à la bonne santé du secteur » de la BD en France, indiquait le Syndicat.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.