Par Gary Nicolas,

le jeudi 08 août 2013 à 15:12:33

Handicap : Coalition d'Amazon, Kobo et Sony sur l'accessibilité

Que se passe-t-il entre Sony, Amazon et Kobo ? Ces trois acteurs de la lecture numérique semblent s'être regroupés dans une forme de coalition, signant une pétition adressée à la Federal Communications Commission américaine. Au centre de cette histoire, se retrouveraient mêlés les utilisateurs handicapés de lecteurs ebook. 

 

 


 

 

Selon les termes de la pétition, les trois acteurs souhaitent que la FCC renonce aux règles actuelles exigeant que les lecteurs ebook soient accessibles pour les personnes handicapées. De fait, ils réclameraient une dérogation sur les règles d'accessibilités. Le raisonnement avancé est que les lecteurs ebook ne sont pas conçus pour les personnes handicapées, et qu'ils n'ont donc pas à fonctionner en conséquence. 

 

Retour en 2010 pour comprendre le contexte : une législation est adoptée, la Twenty-First Century Communications and Video Accessibility Act, qui contraint les fabricants d'appareils de communication avancés à simplifier leur utilisation pour les personnes handicapées. C'est de cette législation que semblent se défier les fabricants de eReaders, qui tiennent à ce qu'on ne les traite pas comme des constructeurs de tablettes ou de smartphones. 

 

Pour eux, et on le comprend, un lecteur ebook n'est pas une machine qui répond aux critères décrits comme des « services de communication de pointe », au sens où la loi l'entend. Les lecteurs ebook sont des appareils monotaches, conçus pour la lecture, et la lecture uniquement, bien qu'ils disposent d'une connectique WiFi, ou 3G, qui ne sert pas à naviguer sur les étendues du web, mais plutôt à se procurer de nouveaux ouvrages. (voir Teleread)

 

En ce sens, le lecteur ebook est un outil de lecture, comme le papier qui sert pour les ouvrages imprimés. Or, justement, la présence de connexion sans fil, de modules audio ou d'un navigateur web, même expérimental, sont autant de fonctionnalités qui pourraient faire basculer dans le cadre de la législation. Et les trois fabricants se regroupent donc pour demander que la FCC leur octroie une dérogation propre. 

 

Pour être en conformité avec les règles édictées par la loi, les fabricants d'eReaders auraient alors à mettre en place des solutions techniques nouvelles, qui rendent leurs appareils plus utilisables - handicapés friendly, en somme. Attendu que la différence entre un lecteur ebook et une tablette n'est tout de même pas bien difficile à réaliser, la FCC devrait écouter les récriminations des fabricants. En outre, plusieurs autres fournisseurs d'équipements électroniques, comme les téléviseurs ou les consoles de jeu ont déjà obtenu gain de cause auprès de la FCC. De quoi conforter les trois gus dans leur mission. 

 

Or, il semble que la loi de 2010, qui mettait à jour en réalité la Communications Act de 1934, a également bénéficié en 2011 d'une révision de deux articles, 716 et 717. La nouvelle réglementation couvre tous les champs de la technologie, depuis les fournisseurs d'accès à internet, en passant par les tablettes, les lecteurs ebook et les applications. 

 

Ainsi, les trois sociétés ne réclameraient pas une mesure dérogatoire, mais simplement, la reconnaissance qu'elles sont déjà en conformité avec les consignes de 2011. Leur demande porterait plutôt sur une protection de leurs acquis, afin de ne pas avoir, dans tous les cas, à investir sur de nouvelles fonctionnalités qui les obligeraient à mettre à jour leurs appareils. (voir The Digital Reader)

 

 

  10-213 05-16-2013 Coalition of E-Reader Manufacturers 7022314526.pdf by ActuaLitté

Glissez l'écran (droite/gauche) pour naviguer entre les articles